Formulaire de connexion

Welcome, Guest
Username: Password: Remember me

TOPIC: Style et Genre

Style et Genre 8 months 4 weeks ago #5740

  • bistrotrc
  • bistrotrc's Avatar
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Posts: 363
  • Thank you received: 457
Bonjour Frater N et tous

Je réponds à ceci (ton message #5684 page 4):

"Celui qui retourne en grâce réintègre le divin, non ? La question est celle d'être à nouveau complet, cad Un. Sans vouloir couper les cheveux en quatre, le rosicrucianisme enseigne-t-il autre chose que ce retour à l'Unité, dont le premier retournement consiste justement à commencer son Voyage vers l'Est, comme le fait faire l'initiation du 2DT ?"

Je réponds non. Le divin n'est pas une notion rosicrucienne.

Pour mémoire, le basique des 3 Degrés Néophytes est axé sur la prise de conscience de son Être.
La notion maçonnique de "grand architecte de l'univers" est "étrangère". Comme aurait dit Einstein: "on se passe très bien de cette hypothèse".

Pour préciser ma pensée le "cosmique" n'est pas l'univers et le "retour en grâce" est simplement l'accès au "cosmique". Le reste serait fantasme...
Pour préciser davantage: l'univers est défini comme la "variété dans l'unité" (une formulation papusienne à la base du "martinisme"). C'est le monde de l'Esprit dans le rosicrucianisme lewissien.
Pour mémoire, l'unité est une approche pythagoricienne destinée à l'éveil des grecs. (Cette divinisation un peu simpliste des nombres n'est pas non plus rosicrucienne...).
La formulation pythagoricienne "au commencement Dieu géométrisa" n'est pas non plus rosicrucienne. Elle n'est pas compatible avec "l'Être n'a jamais eu de commencement". Au passage, le "Big-Bang" n'est pas non plus rosicrucien, des scientifiques modernes (=à la mode), le contestent d'ailleurs. Évitons si possible les spéculations à ce sujet!

L'idée pythagoricienne était qu'en traçant une émanation de l'unité lorsqu'on dessine la Tétractys, un point intérieur semble suscité et suggère l'Être...

Au passage il y a une prise de conscience des illusions évoquées ci-dessus et à rejeter qui est prévue dans l'enseignement lewissien. Elle passe généralement inaperçue: elle est suggérée par "l'expérience des piliers" dans le "mandamus préliminaire", qui marque le tout début de la quête rosicrucienne, celui qui s'ouvre (ou s'ouvrait) en brisant un sceau.

Bien fraternellement
Francis
The administrator has disabled public write access.
The following user(s) said Thank You: Frater N.

Style et Genre 8 months 3 weeks ago #5741

  • bistrotrc
  • bistrotrc's Avatar
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Posts: 363
  • Thank you received: 457
Bonjour à tous,

Je vais revenir enfin sur le thème de l'armure de Saint Patrick et du 2e degré du temple.
Le 2e degré du Temple est celui du "Theoricus."
Il s'agit donc d'un degré qui donne des clefs fondamentales que le chercheur est capable d'assimiler pour les appliquer lors du 3e degré, celui de "Practicus".
Le 2e degré développe donc le fonctionnement du raisonnement, de la mémoire, de l'imagination, de la volonté afin de faire sentir ce qui est cosmique et, au contraire, ce qui n'appartient qu'au monde de l'Esprit. Et le but est d'expliquer au chercheur son enfermement par ses propres suggestions.
Il conviendra ensuite au 3e degré de se libérer des enfermements dont le chercheur aura pris conscience.

Cette "armure" de Saint Patrick est naturellement l'exemple type d'un enfermement...
Naturellement l'étudiant du rosicrucianisme passe à côté la première fois en pensant que comme tout ce qui est présenté est présenté positivement, tout est "bon".
Mais il ne faut pas se laisser piéger par cela... Il y a un plan d'ensemble dans les enseignements rosicruciens! Et tout est accès vers un éveil... et lorsque l'on pense avoir trouvé, on a le profil pour se laisser enfermer!

Lorsque j'ai évoqué l'aspect "magie blanche" de l'armure de Saint Patrick, personne n'a réagi. Mais le véritable rosicrucianisme n'est pas de la magie blanche mais de la Haute Magie!
Ce n'est pas pareil... Malgré de nombreuses tentatives de récupérations ci-et là, la Haute magie n'est pas dogmatique!
J'invite donc simplement à prendre conscience de l'enfermement dans un égrégore que suscite l'armure de Saint Patrick.

Comprenez bien qu'il ne s'agit pas ici de dire que c'est "mal", mais simplement d'ouvrir une fenêtre vers le véritable rosicrucianisme!

Bien fraternellement
Francis
The administrator has disabled public write access.

Style et Genre 8 months 2 weeks ago #5743

  • Frater N.
  • Frater N.'s Avatar
  • Offline
  • Vétéran
  • Posts: 62
  • Thank you received: 67
Cher Francis,

Pour continuer cette conversation, je reprends quelques points que tu évoques (#5740) :
1) Le Cosmique est une notion (et une réalité) des rosicrucien(ne)s... je pense que tu ne me contrediras pas là-dessus. Tu dis que le divin ne l'est pas ; terminologiquement, ce n'est effectivement pas celui qui est utilisé, si ce n'est avec des références à Dieu (dont divin est l'adjectif), dans tous ses aspects (ne faisant qu'Un), que ce soit dans les monos d'HSL ou de JG.
2) Le retour en grâce est simplement (le retour vers) l'accès au Cosmique. Pas de grâce divine sans lien avec le Ciel (Cosmique, mais pas Astral, me diras-tu sans doute).
3) La problématique du retour à l'Unité serait pythagoricienne et non pas rosicrucienne ; là, je suis resté sans voix, je te l'avoue, bouche bée devant la pyramide, si tu vois ce que je veux dire. Certes, ce n'est pas sous cette étiquette que cela est abordé dans le rosicrucianisme.
4) Je comprends le processus que forment les 3 DN comme la prise de conscience de la dimension mystique, de notre Être vrai, spirituel, donc. C'est une introduction à la métaphysique qui passe justement par la " concentration ".
5) La notion de G.A.D.L.U. :. ou ::: est contemporaine de l'ennéade, c'est même l'une des clés de celle de Memphis. " Pas assez Cosmique, mon fils ! " me dirais-tu peut-être ; pourquoi pas, puisque la dimension horizontale reste bien présente et que l'on peut faire bien plus vertical, comme le font d'ailleurs les pythagoriciens, dont le maître est censé avoir été initié pendant un petit laps de temps à Héliopolis. Je te rejoins s'il s'agit de dire que parler de Dieu sous forme d'Architecte présente le risque de n'en considérer que l'un de ses (14-42-72) aspects.
6) Albert (le petit, pas le grand, mais qui sait...) disait : " je crois au Dieu de Spinoza " ; la conception est moniste, c'est celle de l'Un, cause de Tout et du Tout, bref c'est partir de la nature Absolue de Dieu, comme disait Baruch ; on ne sépare ni chez Einstein, ni chez Spinoza, Dieu de la Nature (également appelée Univers ça et là), contrairement à une lecture (potentiellement un peu rapide) de F. Bacon ou de R. Descartes. Louis (Pasteur) disait de son côté que, avant de rentrer dans son laboratoire pour chercher, il laissait Dieu au vestiaire : on n'utilise pas Dieu pour expliquer, puisque, expliquant par nature tout, il ne nous apprend donc rien, si je puis dire.
7) Le Multiple procède de l'Un (c'est la thèse moniste) ; certains parlent d'émanations, c'est d'ailleurs le principe même de la construction de l'ennéade d'Héliopolis ; c'est donc un peu léger de dire que ce n'était bon que pour l'éveil des Grecs antiques, auxquels la culture et la civilisation occidentales doivent tant (et à travers eux, à l'Égypte, bien évidemment). Quant à la " divinisation des nombres ", on pourrait en dire deux choses :
- Il s'agit moins d'une " divinisation " qui en ferait des idoles, qu'une " essentialisation " qui en fait des modalités abstraites d'accès au divin. Dire " tout est vibration ", c'est de fait dire " tout est Nombre ", ne serait-ce que par le concept de longueur d'onde.
- Tout comme tu expliques régulièrement que le Roscrucianisme finit (dans sa transmission) par dégénérer et devenir du semi-rosicrucianisme, voire du pseudo-rosicrucianisme, etc., il en va de même du pythagorisme ; ce n'est pas parce que certains " élèves mal élevés " ont ou auraient pu adorer les Nombres comme des idoles que cela correspond à l'enseignement du Maître. Lire le Monde (l'Univers ou autre) à l'aide de la clé des Nombres n'est qu'une méthode (efficace) de déchiffrement (et donc de révélation) de celui-ci (que ce soit de façon mathématique et/ou ésotérique... ce qui n'est d'ailleurs pas normalement séparé).
8) " Dieu Géométrisa " est une expression assez récente (quelques siècles tout au plus) et d'origine maçonnique (présentée au 2ème degré, Compagnon)... on y joue d'ailleurs sur les multiples sens que peut prendre la lettre G, ce qui permet à tout un chacun d'être persuadé qu'il a trouvé ce que cela voulait dire... c'est une jolie ruse pour inciter à ouvrir et creuser afin de permettre l'élévation ; bâtir un Temple est une métaphore que l'on peut comprendre de façon individuelle ou collective (c'est cette partie que tu abhorres, notamment la compromission avec un quelconque égrégore). Il est vrai que la partie exotérique ne sert essentiellement (dès la résurgence d'HSL) qu'à repérer ceux qui ont du potentiel pour aller... au-delà.
9) Au commencement... c'est l'histoire d'une Tradition que l'on transmet de façon mythique, parce qu'elle permet de stimuler le mental, si ce n'est plus. Seul le manifesté (la Création) a un début et une fin, pas Dieu. Il n'est donc surtout pas question de physique, mais de ce qui vient à sa suite : la métaphysique, qui est tout ce qui nous occupe, au fond.
10) Pourrais-tu nous faire un petit sujet sur " l'expérience des piliers " ? Elle ne figure évidement pas dans la version néo (Serge, si tu nous écoutes...), mais pas non plus dans celle d'HSL transmise par GLS. Peut-être s'agit-il de qqc en lien avec des poteaux téléphoniques et évoqué au bistrot ou dans les Communications.

Fraternellement,

N.
Humani nihil a me alienum puto.
The administrator has disabled public write access.
The following user(s) said Thank You: bistrotrc

Style et Genre 8 months 2 weeks ago #5744

  • Frater N.
  • Frater N.'s Avatar
  • Offline
  • Vétéran
  • Posts: 62
  • Thank you received: 67
Cher Francis,

À te lire, j'ai l'impression que tu insinues que l'ajout de la " prière de l'armure de St-P " était une " erreur volontaire ". Et tel Osiris, on se laisse enfermer dans le sarcophage sur mesure de Seth pour finir dans les eaux du Nil et trépasser. Ceux qui te lisent fréquemment n'ont pas manqué de percevoir la connotation péjorative de " magie blanche "... qui est toujours un peu noire (" mais je le fais pour votre bien " : non, on t'a rien demandé ! Et surtout, ça n'est pas moi qui fait, mais s'il plaît au Cosmique, c'est fait).
Si cette " prière/invocation " rattache forcément par plusieurs de ces aspects à un (ou plusieurs) égrégore(s), ne penses-tu pas qu'elle puisse toutefois permettre d'élever le niveau vibratoire de l'orant jusqu'à un certain point ? Penses-tu qu'il n'y ait rien de bon à en tirer pour le néophyte ou pour le rosicrucien sincère ?
Fraternellement,

N.
Humani nihil a me alienum puto.
The administrator has disabled public write access.
The following user(s) said Thank You: bistrotrc

Style et Genre 8 months 1 week ago #5745

  • bistrotrc
  • bistrotrc's Avatar
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Posts: 363
  • Thank you received: 457
Bonjour à tous,
merci de tout cœur Frater N pour tes remarques qui fournissent bien des choses à préciser. Je n'y manquerai pas!

En préliminaire, je ne cherche pas spécialement à péjorer la magie blanche. Elle utilise simplement la volonté (égotique). C'est factuel et la majorité des êtres humains fonctionne ainsi, c'est juste la prise de conscience que développe le 2DT, l'éveil cosmique n'a naturellement aucune vocation à alimenter une idée égotique de supériorité! Nous n'avons pas besoin de ça!

J'apprécie la jolie formule (de Térence, je crois) que tu présentes en exergue "Humani nihil a me alienum puto". Je ne dois pas élaguer (les choses) des humains... Mais c'est sa forme profane restrictive et donc incomprise! La forme exacte est "Homo sum humani nihil a me alienum puto" qui explique aux initiés que l'élagage a lieu en amont dans le "Homo sum"... Comme je suis un Homme je n'élague rien de ce qui est Humain...

Tout est dans ce "Homo sum" qui exprime la dimension "horienne" (ou christique si ça aide à mieux comprendre)...
C'est intéressant de développer pour ce sujet la transversalité rosicrucienne/héliopolitaine.

C'est lorsque l'Homme suit son aspiration à la recherche de la Lumière qu'il est réellement Homme et que sa quête prend une dimension cosmique. Le reste, les errements divers de sa volonté sont à élaguer (puto).

Dans le lewisianisme la Grande Prétresse (High Priestess) est ce que les Egyptiens d'Héliopolis nommaient la divinité Isis, la "Grande de Magie".
Notons que Isis n'est pas Heka, la Magie proprement dite (noire, blanche,...).
Isis ne pratique que la Haute Magie qui n'est ni blanche ni noire (et encore moins "dogmatique"...).
La Haute Magie ne s'étudie pas directement et volontairement. Elle est une capacité Cosmique qui surgit naturellement comme le Rosicrucien du 9DT qui se voit bombardé "Magus" (mage).
C'est précisément ce que nous enseigne Isis qui n'est "Grande de Magie" que parce que Seth s'est acharné contre elle pour l'empêcher de faire revivre Osiris en Horus.
Et Seth, en exprimant l'opposition indispensable à son expression, a donc permis à Isis de s'enrichir d'une expérience et d'un savoir faire permettant de progresser en Haute Magie.

Bien fraternellement
Francis
The administrator has disabled public write access.

Style et Genre 8 months 1 week ago #5746

  • bistrotrc
  • bistrotrc's Avatar
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Posts: 363
  • Thank you received: 457
Bonjour Frater N et tous,

Je reprends ton paragraphe:

8) " Dieu Géométrisa " est une expression assez récente (quelques siècles tout au plus) et d'origine maçonnique (présentée au 2ème degré, Compagnon)... on y joue d'ailleurs sur les multiples sens que peut prendre la lettre G, ce qui permet à tout un chacun d'être persuadé qu'il a trouvé ce que cela voulait dire... c'est une jolie ruse pour inciter à ouvrir et creuser afin de permettre l'élévation ; bâtir un Temple est une métaphore que l'on peut comprendre de façon individuelle ou collective (c'est cette partie que tu abhorres, notamment la compromission avec un quelconque égrégore). Il est vrai que la partie exotérique ne sert essentiellement (dès la résurgence d'HSL) qu'à repérer ceux qui ont du potentiel pour aller... au-delà.

Je suis simplement surpris que tu attribues une source maçonnique (au degré Compagnon de la F:.M:.) à la formulation "Au Commencement Dieu géométrisa" que de mémoire (la mienne, mais je ne devrais pas être le seul!), Lewis dans le 5DT attribuait à Pythagore...

Oui la lettre G suggère beaucoup de choses et laisse certains imaginer qu'elle permet de trouver la rose de la croix ou une étoile plus ou moins flamboyante. C'est Gentillet me souffle t-on...

Je me souviens d'avoir publié moi aussi sur le sujet après avoir croisé il y a une quarantaine d'années un disciple de Beinsa Douno...

www.lebistrotdelarosecroix.com/article-l...-croix-62994121.html

Et sur la lancée je retrouve un autre vieux message sur Pythagore qui peut intéresser du monde:

www.lebistrotdelarosecroix.com/article-l...ciens-122999151.html

Je n'abhorre rien du tout, sauf peut-être les idées arrêtées... En tout cas pas les égrégores. J'assume seulement l'enseignement du 2DT. Il y a des égrégores partout. Il convient de "faire avec" pour certaines choses et de s'en affranchir totalement pour d'autres, ce qui est moins évident. Mais il m'est arrivé par exemple de contribuer à nettoyer au mieux et en toute simplicité un égrégore familial en souffrance. Sa famille était bien obligée de vivre avec!

Bien fraternellement
Francis
The administrator has disabled public write access.
Moderators: witiza, Alnitak
Copyright © 2018 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix. All Rights Reserved.