Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Style et Genre

Style et Genre 10 mois 1 heure ago #5747

  • Frater N.
  • Portrait de Frater N.
  • Offline
  • Vétéran
  • Messages : 63
  • Remerciements reçus 68
Cher Francis,

Cette formule est effectivement tirée d'une pièce du poète comique Térence, qu'il reprend lui-même de Ménandre. Si " élaguer " est l'un des sens fondamentaux de puto, il indique que l'on cherche à aller à l'essentiel (donc on ne garde que le tronc et pas les branches), ce qui se traduit plus volontiers dans ce contexte par " j'estime / j'évalue " (et dans d'autres contextes, et par suite, par " je pense / je réfléchis que "). Sa traduction usuelle est : " j'estime que rien de ce qui est humain ne m'est étranger ". Il n'y a pas de dédain cosmique : rien de l'ici-bas ne nous est étranger, et donc séparé ; dédain et mépris sont des formes égotiques qui nous éloignent du Cosmique ; trouver le centre de la Croix pour y laisser fleurir sa rose n'est guère évident ; ce n'est d'ailleurs que lorsque cela est devenu si évident que l'on n'a plus aucun effort à fournir pour y être et y demeurer, que lorsque c'est devenu notre seconde nature (qui remplace la première, par nos efforts sincères, notre dévouement constant, qui nous transmutent), que l'on peut alors mériter le titre de R+C. Celui qui considère que quoi que ce soit d'humain lui est étranger est incomplet ; cela nous simplifie grandement la vie, mais veut dire qu'on l'élague et qu'on la restreint arbitrairement, qu'on l'ampute ; cela n'a jamais signifié que l'on était " amoureux " d'une quelconque faiblesse, mais on la reconnaît comme étant ou (au mieux) ayant été la nôtre, raison pour laquelle on se force point à faire preuve de compassion envers nos semblables : elle est là, naturellement, quand le Cœur et grand ouvert. Nos semblables sont Tout ce qui, comme nous, existe.
Pour " celui qui est ", on n'est pas sûr qu'il soit encore réellement un homme (d'où le choix de ne pas reprendre cette partie de la formule), même si rien de ce qui est humain ne lui est étranger. En hiéroglyphe (en suivant Christian), on parlerait d'ailleurs de la fleur à 4 pétales (oun), en forme de croix, pour indiquer l'existence et celui que l'on nomme Oun Nefer (" existence parfaite "), n'est autre qu'Osiris, celui qui est devenu éternel en rejoignant les étoiles (et donc le Cosmique). C'est parce qu'il n'a plus de volonté personnelle qu'il est bon/parfait, qu'il a transcendé l'humaine condition pour accomplir pleinement le potentiel Humain. Celui-ci est un germe, une semence à faire pousser et cultiver, tel le roseau (i) qui indique (dans la copule iou) la vie fertile, celle que l'on attribue justement à Osiris. Je ne peux donc être que d'accord avec toi lorsque tu écris : " C'est lorsque l'Homme suit son aspiration à la recherche de la Lumière qu'il est réellement Homme et que sa quête prend une dimension cosmique " (à ceci près que j'aurais rajouté une Majuscule à Cosmique). Au centre des quatre éléments, le cinquième peut advenir (XP comme on écrit chez les chrétiens ; c'est le chemin de la Maîtrise, là où il n'y a plus commencement ni fin). Le Père et le Fils sont bien proches.
La Haute Magie est volonté Cosmique (et donc Amour inconditionnel), les magies colorées volonté égotique (et donc projection). Surmonter l'Obstacle est le processus pour pouvoir s'élever. Les " pouvoirs " sont des conséquences indirectes de ce que l'on est devenu, pas des choses à rechercher en tant que tel, ce qui ne préjuge pas de l'intérêt qu'il peut y avoir à les étudier, sans nécessairement les pratiquer.
Fraternellement,

N.
Humani nihil a me alienum puto.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Style et Genre 9 mois 4 semaines ago #5748

  • Frater N.
  • Portrait de Frater N.
  • Offline
  • Vétéran
  • Messages : 63
  • Remerciements reçus 68
Cher Francis,

Tu fais bien de me reprendre ; en me relisant, le terme " récent " est en effet assez surprenant pour notre époque... et c'est là que je m'aperçois que j'ai parfois tendance à considérer récent ce qui a moins de 3000 ans !!!
Expliquons un peu : " Dieu géométrisa " est une formule orale attribuée à Pythagore, mais on ne trouve point (à ma connaissance) d'écrit correspondant en grec, ce qui est bien dommage parce que l'on risquerait d'avoir quelques surprises sur le mot grec qui a été rendu par " Dieu ", raison également pour laquelle cette formule m'apparaît comme " assez récente " (sous cette forme, tout comme la F.˙.M.˙., qui a qq siècles tout au plus, sous cette forme " moderne "). En revanche, si l'on peut aisément supposer que Pythagore ait pu dire une telle formule (ou qqc s'en approchant), elle ne vient pas de lui et lui est bien antérieure, puisque tout porte à croire qu'elle provient de l'enseignement, non d'Héliopolis, mais de Memphis (comme tu le rappelles d'ailleurs dans ton deuxième lien au message précédent), dont la divinité majeure est justement Ptah (cf. le fameux temple de son ka), un grand architecte et divinité protectrice des artisans. En ce sens, on pourrait donc bien dire que l'expression " Dieu géométrisa " est assez récente et d'origine maçonnique (la maçonnerie commençant, dans cette perspective que je te remercie de m'avoir permis de clarifier, des siècles et des siècles avant les constitutions d'Anderson).
Faisons un petit détour par Memphis (" la ville aux murs blancs "), cad sans doute identifiée tout d'abord à la zone du palais de Ménès (" premier pharaon après Horus ", dont on aurait retrouvé quelques restes en 2015) ; de façon intéressante, cette première capitale de l'Égypte (haute et basse réunifiées) fut également appelée par la suite Djed Sout (du nom de la pyramide de Téti), puis (Pepi) Men Nefer (du nom de la pyramide de Pépi Ier ; cf. d'ailleurs le déterminatif Mer, que l'on retrouve encore dans l'écriture de Men Nefer, mais avec élision de Pépi, tant il était évident aux contemporains de savoir de quelle pyramide il s'agissait) ; on passe ainsi des murs blancs du palais à ceux blancs (et étincelants, vu le soleil) de la pyramide. Quoi de plus... lumineux. Une pyramide, ça se construit, ça se maçonne, ça s'édifie. Cela permet d'aider à gravir les marches ou degrés vers la Lumière, et pas que.
Quant aux égrégores, nous semblons finalement presque complètement d'accord : " Il y a des égrégores partout. Il convient de "faire avec" pour certaines choses et de s'en affranchir totalement pour d'autres, ce qui est moins évident ". Maintenant que je pense comprendre ton point de vue, je pourrai donc désormais arrêter de t'embêter sur ce sujet. Il nous restera donc à poursuivre, peut-être sur un nouveau fil de discussion sur 42 et son éventuellement lien avec les Nomes, et le travail que tu as précédement suggéré sur la " Confession de Maat ".
Fraternellement,

N.
Humani nihil a me alienum puto.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: bistrotrc

Style et Genre 9 mois 4 semaines ago #5749

  • bistrotrc
  • Portrait de bistrotrc
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 365
  • Remerciements reçus 459
Bonjour à tous,
Merci Frater N.,
Nous sommes évidemment d'accord sur beaucoup de choses mais on ne comprendrait pas que je n'insiste pas sur certaines divergences profondes!

- Les maîtres n'éprouvent évidemment aucun "dédain cosmique" envers ceux qui n'ont pas vocation à "accéder au temple" et qui n'ont donc pas droit à la même canalisation cosmique que ceux qui y ont accès vu que l'énergie cosmique leur servirait à alimenter leurs erreurs.
C'est un b-a ba en magie. Lorsqu'un étudiant du rosicrucianisme met en place son sanctum, il écarte du sanctum tout ce qui peut parasiter son travail mystique. C'est la fonction du cercle magique de permettre dans certaines conditions d'établir des vibrations élevées et d'en tenir à l'écart tout ce qui ferait baisser le taux vibratoire. Aucun dédain cosmique là dedans. Au contraire, c'est le respect de l'évolution des autres et de leur libre arbitre. Et si mes chaussures restent hors du cercle, je n'ai rien contre mes chaussures!

- Le "titre de R+C"... Pour répondre simplement, c'est un parasitage maçonnique (bernardesque) du rosicrucianisme français. L'idée de "titre de R+C" est une erreur fondamentale et une approche profane du sujet... Jamais un maître ne se dira R+C! Par conséquent seul un profane peut inventer ce titre! Donc...

- Pour revenir une dernière fois sur "Homo sum, humani NIHIL a me ALIENUM PUTO", j'ai mis en majuscule NiHIL (rien), ALIENUM (étranger [sethien!]), PUTO (élaguer).
Pour que ce soit bien clair: "rien de sethien n'est à élaguer", naturellement si on est dans le Temple! Et donc Homo et Humani concernent l'Homme qui n'appartient pas (ou plus) au monde sethien...

- La formule new-âgeuse de "l'Amour Universel" n'est pas rosicrucienne! Tu cherches gentiment à me provoquer avec "la volonté cosmique est "amour inconditionnel". Il est important pour un rosicrucien de discerner précisément ce qu'il convient d'aimer et ce qu'il convient seulement d'ignorer (le rosicrucianisme n'est pas une religion!).
Ne pas faire la différence entre les deux conduit à se laisser vampiriser en permanence jusqu'à ce qu'on comprenne que ça doit cesser. C'est pourtant simple!

- Enfin, la rose de la R+C n'a pas 4 pétales mais 5. (C'est la rose trémière). Elle n'appartient pas à la croix. La croix lui permet de se manifester. J'évite pour ma part de trop théoriser sur les pétales de la fleur de "oun-nefer". Parfois l'ensemble est remplacé par sba (l'étoile à 5 branches). Et Osiris est assez universel puisqu'il concerne tout ce qu'on veut. Dans la Douat, les rosicruciens cherchent en particulier le monde de Sokar!

Bien fraternellement.
Francis
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Frater N.

Style et Genre 9 mois 4 semaines ago #5750

  • bistrotrc
  • Portrait de bistrotrc
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 365
  • Remerciements reçus 459
Pardon! Lapsus clavis... Je devais écrire La formule new-âgeuse de "l'Amour Inconditionnel" n'est pas rosicrucienne!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Style et Genre 9 mois 4 semaines ago #5751

  • bistrotrc
  • Portrait de bistrotrc
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 365
  • Remerciements reçus 459
Bonjour à tous,

Frater N., je réponds à ce message:

À te lire, j'ai l'impression que tu insinues que l'ajout de la " prière de l'armure de St-P " était une " erreur volontaire ". Et tel Osiris, on se laisse enfermer dans le sarcophage sur mesure de Seth pour finir dans les eaux du Nil et trépasser. Ceux qui te lisent fréquemment n'ont pas manqué de percevoir la connotation péjorative de " magie blanche "... qui est toujours un peu noire (" mais je le fais pour votre bien " : non, on t'a rien demandé ! Et surtout, ça n'est pas moi qui fait, mais s'il plaît au Cosmique, c'est fait).
Si cette " prière/invocation " rattache forcément par plusieurs de ces aspects à un (ou plusieurs) égrégore(s), ne penses-tu pas qu'elle puisse toutefois permettre d'élever le niveau vibratoire de l'orant jusqu'à un certain point ? Penses-tu qu'il n'y ait rien de bon à en tirer pour le néophyte ou pour le rosicrucien sincère ?


L'enseignement rosicrucien lewissien est très riche et il utilisait toute une gamme d'astuces sophistiquées pour les zelatores (le titre des étudiants du 1er degré qui ne veulent pas rester des "juniores").

Je soumet un exemple: pour la même initiation au 2DT, la version sanctum fait transiter le candidat par l'antichambre en lui soumettant certaines interrogations alors que dans la version temple il pénètre directement dans le temple en saluant le gardien. Pourquoi cette différence, n'y a t-il pas des finesses à comprendre?

Dans le cas de l'armure, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une erreur.
L'armure est juste un élément culturel plus ou moins connu et reconnu que l'étudiant lewissien est invité à retenir dans un premier temps. Une fois qu'il aura maîtrisé certaines clefs fournies par l'enseignement à venir son éclairage du sujet se précisera.

Oui, cette armure peut constituer un cercle de protection protégé par l'égrégore chrétien.

Oui le processus peut élever un peu le niveau vibratoire de celui qui met en place l'armure, mais tout cela se fait seulement dans les limites de son égrégore de protection puisqu'il tient grâce à lui: l'armure a ses limites!

Je dis "un peu" par une simple comparaison avec un cercle magique qui ne concerne que la protection mais pas directement l'élévation du niveau vibratoire qui est un autre paramètre.

Pour le chercheur rosicrucien, l'armure en question est juste une information à retenir (comme beaucoup d'informations de la transmission lewissienne, elle servira plus tard...) et jusqu'à nouvel ordre il n'est conseillé nulle part d'utiliser cette armure (je me trompe ?), à moins qu'un successeur de Lewis ait fait du zèle en rajoutant force conseils d'utilisation!

Concernant la formulation "s'il plait au cosmique et aux maîtres c'est fait", elle n'intervient qu'au 8DT, celui du "Magister Templi", franchement on n'en est très loin ici alors que c'est déjà assez dur de
ne pas rester enfermé toute son incarnation sous les arches du 2DT...

Enfin ta référence au sarcophage me semble pertinente: imaginons que si l'étudiant est avancé, malgré Seth, Isis pourrait parvenir à libérer Osiris encore vivant!

Bien fratenellement
Francis
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Style et Genre 9 mois 3 semaines ago #5752

  • Frater N.
  • Portrait de Frater N.
  • Offline
  • Vétéran
  • Messages : 63
  • Remerciements reçus 68
Cher Francis,

L'armure de St-P ne figure pas dans les monos d'HSL transmise par GLS... il est donc abusif de parler de " l'étudiant lewissien " et il faudrait sans doute plutôt parler de " l'étudiant ralphien ". Il n'est donc effectivement nulle part conseillé dans les monos d'HSL de l'utiliser, puisqu'elle fut introduite justement par un zélé successeur (dans le sens chronologique) de Lewis. C'est le problème des zélés : ils pensent toujours bien faire et même faire mieux... sans s'assurer qu'ils ont réellement maîtrisé les bases du système ; un constat que tout un chacun pourra s'attacher à s'appliquer à soi-même. Une histoire qui se répète depuis la nuit des temps, semble-t-il, et que l'on évoquait récemment avec Pythagore et Héliopolis (en passant par Samos, Memphis, Sybaris...).
Un cercle magique ne sert pas d'abord à la protection, même ci c'est ce que la vulgate en retient (j'ai ainsi fait, par inadvertance, un double sens) et cette connaissance intellectuelle seule ne permet pas malheureusement d'en comprendre la pratique. Toute armure a ses limites... ce qui rappelle une vieille histoire japonaise entre le bouclier ultime et la lance ultime. La rencontre est pleine d'enseignement.
Si l'on fait références aux Maîtres dans une invocation, ne serions-nous pas directement en train de nous placer sous les auspices de leur égrégore ? Décidément... Quant aux voûtes, dont les égrégores sont coutumiers, laissons Sechat nous tirer de ce mauvais pas afin de sortir du Golgotha. Un certain nombre de choses tomberont à l'eau et ainsi va la vie : le couché pourra être redressé pour les siècles des siècles, accomplissant ainsi les Mystères... cosmiques.
Fraternellement,

N.
Humani nihil a me alienum puto.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: bistrotrc
Modérateurs: witiza, Alnitak
Copyright © 2018 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix - Tous droits réservés