Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Renouveau de la Nature

Renouveau de la Nature 2 ans 3 mois ago #3490

  • Alnitak
  • Portrait de Alnitak
  • Offline
  • Moderateur
  • Messages : 287
  • Remerciements reçus 915
Bonjour à tous,

Cela n'aura échappé à personne, même si le temps, lui, semble l'avoir oublié, aujourd'hui c'est le Printemps !

Cette équinoxe particulière est chère au cœur des rosicruciens et est fêtée comme il se doit. C'est un instant magique, promesse de renaissance et d'amour où la vie jaillit sous mille et une forme, égale à elle-même et pourtant différente de ce qu'elle fut.

J'essaierai bien, maladroitement, de faire œuvre de poésie ou de prose pour exposer tout ce que m'inspire ce jour unique, mais d'autres s'y sont déjà collés et bien mieux que je ne saurai le faire.

C'est le cas notamment de notre premier Imperator, Harvey Spencer Lewis qui s'est livré à l'exercice dans un numéro du Rosicrcuian Digest d'avril 1937.

Cette article inédit que le SETI Cénacle de la Rose+Croix est heureux de vous proposer a été traduit il y a quelques années maintenant par son Président, notre ami et frère Witiza.

Ce texte était proposé à la méditation des frères lors des Cercles de Réflexion Commune. Il est proposé désormais à la vôtre.

Bonne lecture,

Fraternellement,
Guy
____________________________________________________________

Le Renouveau de la Nature
par H. Spencer Lewis, F.R.C.
« Debout, toi, ma compagne, ma belle, et viens-t'en. Car voici que l'hiver passe ; la pluie cesse, elle s'en va. On voit des fleurs dans le pays ; la saison de la chanson arrive ; et on entend dans notre pays la voix de la tourterelle. »
(Cantique des cantiques, 2:10-12)

Comme il est beau, le printemps ; quels espoirs et promesses n’apporte-t-il pas ! Quand la vie ôte son masque de tragédie, elle révèle un visage qui irradie l’amour, la joie et la beauté. Toute la nature nous invite à nous réjouir. Nous sommes témoins d'une nouvelle naissance au cœur de la nature, qui s’incarne dans les arbres et les fleurs – riches de nouvelles promesses.

La vie n’a de cesse de nous exalter et le fait que la vie soit exaltante prouve que l’univers est hospitalier.

Hospitalier ? Vous vous abîmez dans l’étonnement et la perplexité quand vous songez aux conflits, aux révolutions qui agitent le monde sous tant de latitudes.

Oui, je le maintiens, l’univers est hospitalier mais il nous appartient d’en faire la conquête. Il peut être maîtrisé. Les lois qui le gouvernent sont immuables tout autant que leurs effets. C’est comme une voiture nerveuse ou la pièce d’un appareil complexe qui nous rendront quelque inestimable service quand nous aurons appris à les faire fonctionner correctement et à nous en servir convenablement.

Il en va de même pour nos corps. Quel suprême bonheur qu’un corps superbe, souple et sain. Mais que de science et d’efforts sont nécessaires pour cultiver et entretenir sa grâce, sa vigueur et sa force.

Le monde est plus qu'une simple machine. Il participe à la beauté et constitue une source inépuisable de joie et d’inspiration. Pour citer Goethe, c'est le vêtement du Dieu vivant tissé sur le métier du temps. A la mamelle généreuse de la Nature, l'artiste, le poète et le scientifique boivent un lait intarissable. La Nature apaise l’accablé et l’inconsolable ; elle guérit le malade; elle fournit une scène et un décor vivants pour le panorama de la vie.

Le principal génie de la vie est que la loi d’amour est la loi suprême dans l'univers. Il n'y a rien de plus glorieux au monde que l'amour. Parce que l’amour existe, la vie vaut toujours d’être vécue. L'amour transfigure. Les corvées les plus viles deviennent sublimes quand l'amour préside à leur accomplissement. La mère, drapée d’amour pour son enfant, oublie ses heures de labeur épuisant. L'amour mène à tous les succès, inspire toutes les actions héroïques. Qui n'a jamais éprouvé d'amour est décidément bien pitoyable ! Qu’importe la pauvreté du présent ! Qu’importe les épreuves et les tribulations du passé ! L’amour, comme l’arc-en-ciel, habille tout de beauté.

La littérature a immortalisé l’Amour de David et Jonathan. Pendant quatorze ans Jacob travailla pour Laban pour obtenir la main de sa fille Rachel. Emily Sedgwick attendit vingt ans le poète Tennyson. Charles Lamb, le grand essayiste anglais, se consacra entièrement à sa sœur Marie lorsqu’elle devint la proie de crises de folie. Notre œil s’allume lorsque nous entendons les noms de Roméo et Juliette, de Tristan et Iseult, de Paolo et Francesca – ces célèbres amoureux…

L’Amour ! « Ah, doux mystère de la vie, enfin je t’ai trouvé . . . C’est l’amour et seulement l’amour que le monde recherche ». Il n’exige aucune rétribution pécuniaire. Il ne peut pas être régenté. C’est un attribut de Dieu. Puisque la vie dispense un si glorieux bienfait, pourrait-elle jamais perdre son sel et son charme ?

Ce bienfait offert à tous ceux qui le demandent, y-a-t-il quelqu’un qui en soit privé ? Non, mes amis. Il n’est qu’à ouvrir son cœur et Dieu y fera sourdre un torrent si impétueux qu’il vous emportera jusqu’à de célestes sommets de félicité et d’extase divines. Cela peut paraître une bien banale remarque à formuler, mais une solide amitié se mérite et ne se saurait être le lot récompensant une tombola. Je parle ici de satisfactions que tout un chacun peut connaître.

Encore plus sublime que l’amour que se vouent des amis, il y a l’amour que certains placent dans leur service pour l’humanité. C’est l’amour qu’on éprouve tout seul, pas celui dont on est l’objet, et qui transforme notre personnalité. Comme Sara Teasdale, la poétesse américaine, l’a exprimé si justement :

« Que te dois-je,
Á toi qui m’a tant aimé
Et si longtemps ?

Qui ne donna jamais la moindre aile à mon esprit
Ni une chanson à mon cœur ?

Mais, oh, à lui que j’ai aimé,
Qui ne me paya pas de retour,
Je dois la petite porte
Qui franchit l’enceinte du Paradis… »


Tous autant que nous sommes, si nous manquons d’amour dans notre existence, nous pouvons trouver une âme seule et désenchantée sur qui nous pourrons déverser généreusement notre amour, à l’image de Dieu, sans la moindre idée de retour. Ne vous laissez pas aller à penser que votre amour est ainsi dilapidé. Celui qui aime divinement fait de Dieu son débiteur. Quelle plus grande récompense l’univers pourrait-il offrir ? Il n’en est pas un parmi nous qui ne puisse trouver quelque mission, quelque cause à servir dans un total dévouement de son âme – à servir parce que nous le voulons, parce que nous y croyons, parce que nous voulons être l’une des pierres servant à la construction du Temple, un soldat de plus dans la valeureuse armée de nos rêves.

En cette glorieuse saison je veux vraiment, du fond du cœur partager avec vous l’amour et l’allégresse qui m’habitent. Je veux que vous vous sentiez un cœur léger, que vous éprouviez la paix de l’âme, que votre appétit de vie s’aiguise encore, que votre détermination à oser agir s’affermisse, et que votre confiance en vous-même et en l’œuvre accomplie par notre Ordre bien-aimé demeure inébranlable. Dans la Bhagavad Gita, Krishna déclare au tremblant Arjuna, reculant devant la mêlée du combat : “Pourquoi as-tu peur ? La victoire t’est promise. Engage-toi et combats. »

Il est dit que l’heure la plus sombre précède immédiatement l’aube. Il se peut que vous vous trouviez à cet instant crucial de votre vie. Vous scrutez l’Ouest et il n'y règne que ténèbres. Tout ce que vous distinguez, ce sont les tempêtes de l'hiver qui s'achève. Retournez-vous pour faire face à l’Est et à la lumière du soleil qui se lève. Les seigneurs de la vie se tiennent peut-être sur le seuil de ce portail, portant les présents de l’amour, de la paix et de la joie qui viennent couronner vos efforts personnels. Demain la réalisation devrait être au rendez-vous.

Harvey Spencer Lewis
©Traduction de Jean-Noël WITZ
Simplicitas Veritatis sigillum
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: roland, Christian de saint François, Virant de la Roche, Ledgend

Renouveau de la Nature 2 ans 3 mois ago #3491

Merci à vous deux (posteur et traducteur), pour ce texte inspirant à bien des niveaux !

Oui, le printemps est là; il n'y a plus que cinquante centimètres de neige devant la porte de la maison...

Bien fraternellement
"Ce que tu penses tu le deviens. Ce que tu ressens, tu l'attires. Ce que tu imagines, tu le crées."
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Modérateurs: witiza, Alnitak
Copyright © 2017 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix - Tous droits réservés