Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Hans Grüter : Initiations

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4001

  • Alnitak
  • Portrait de Alnitak
  • Offline
  • Moderateur
  • Messages : 291
  • Remerciements reçus 933
Bonjour à tous,

Il y a 62 ans aujourd'hui disparaissait Hans Grüter.
Pour commémorer ce jour particulier, je vous propose un article de sa main, publié dans le Rosicrucian Digest de mai 1933.

Hans Grüter nous a laissé peu d'écrits et ce texte est, à ma connaissance, le seul article publié de sa composition.

Il y est question d'Initiation d'Isis et d'Initiation d'Osiris, d'Egypto-Chaldéens et de Parsis. Il ne parle pas d'êtres humains ou de peuple, mais de leur essence : l'âme. Il y défend le principe de la réincarnation ainsi que l'adaptation des mystères à l'époque concernée.

Une thèse intéressante lui fait transmettre les mystères de Zarathoustra vers l'Egypte. Thèse qui peut paraître osée, mais qui pourtant prend un relief différent à la lumière des nouvelles découvertes qui feraient remonter l'existence de Zarathoustra non pas alentours du VIème siècle avant JC, mais jusqu'au XVème !
Autrement dit, à l'époque des pharaons Amenophis III et Akhenaton. D'autant que Zoroastre passe pour être le promoteur du monothéisme.

Ceci dit, certains philosophes grecs font remonter l'existence légendaire de Zoroastre vers -6000. (Platon, Pline, Diogène etc.)

Hans Grüter nous donne donc comme lignée d'Initiateurs : Zarathoustra, Hermès, Isis puis Osiris.

On pourrait croire, à la première lecture, que les divinités sont issues de croyances différentes. Pourtant, Hermès est aussi le dieu Thot en Egypte. Typhon est le Seth égyptien.

Un texte bien dans la veine d'un adepte de l'Antique et Primitif Rite Oriental de Memphis-Misraïm dont l'originalité et la permanence ne manquera pas, j'en suis persuadé, de vous surprendre.

Je n'ai pas la prétention d'avoir fait une traduction parfaite de cet article, c'est pourquoi je vous propose sa forme originale en anglais dans le post suivant avec, pour ceux qui le souhaitent, la possibilité d'apporter, via leur connaissance de la langue anglaise, une meilleure interprétation ou traduction.

Bonne lecture,
fraternellement,
Guy

___________________________________________

Le caractère de l'initiation dans les mystères égyptiens
Par Frater Hans Gruter, F .R .C.
Grand Maître pour la France


A TRAVERS tous les âges les Mystères ont toujours été marqués par des caractères particuliers représentant une continuité dans le but de former un tout, et en celui-ci nous pouvons voir le développement spirituel de l'Humanité.

L'essentiel de l'Initiation est le point de l'évolution de l'Ame pour l'époque concernée. Puisque l'Ame trouve un nouveau monde à chaque réincarnation, le principe du Mystère change aussi, s’adaptant à la période du retour sur terre. (Tempora mutantur et nos mutamur in illis) (Les temps changent et nous changeons avec eux ndt).

Les Enseignements des Mystères ont été réservés jusqu'à présent aux privilégiés, à l'Initié, et gardés strictement secrets des laïcs.
Tous les Mystères ont ce point en commun : les adeptes doivent posséder certaines qualités intellectuelles et morales et en particulier comprendre la signification ésotérique de l'expression, « Se trouver au Seuil de la mort. »

L'étude de l'Ame, la constitution de l'être humain et les lois cachées de la nature, avaient surtout intéressé les anciens Initiés et ceux des temps modernes ont fidèlement suivi le chemin que leurs prédécesseurs hautement respectés ont établi pour eux.

Les Maîtres du passé étaient conscients de la façon dont les différentes parties, qui constituent l'homme, sont bâties ; ils savaient que les corps célestes et certaines forces spirituelles contribuent à cette merveilleuse construction.

Zarathoustra, le grand Initiateur de la très ancienne Perse, a déjà commencé à enseigner à ses disciples que la lumière et la chaleur solaire ainsi que les étoiles ont une influence importante sur le développement de tous les Royaumes, végétal, animal et humain.

Les Initiés Zarathoustriens étaient conscients que les forces, venant du Cosmos et de la terre, agissent à l'unisson. Ils ont ressenti le travail d'Ahura Mazda et en découvrant ce secret leurs Ames furent remplies de joie et de satisfaction. Imprégnés d'un tel sentiment ils pouvaient « voir le Soleil à minuit. » (Une expression purement occulte.)

La connaissance de la relation de l'Humanité avec le soleil et les forces spirituelles avait été transférée par les Parsis aux Egyptiens, dont les Ames avaient été préalablement préparées pour la réception d'un tel enseignement qui caractérise très distinctement leurs Mystères.

L'Initié de l'Egypte s'est senti en accord avec la force solaire et était conscient, concernant ses différents corps, que l'homme n'appartient pas seulement à la terre, mais ne fait qu'un avec le Cosmos entier.

Dans les temps très anciens, l’Humanité possédait une clairvoyance naturelle et cette même faculté existait encore à la fin de l'époque Egypto-chaldéenne.

Lorsque l'étudiant égyptien regardait le ciel étoilé, il ne voyait pas seulement les étoiles physiques, mais sentait aussi les êtres spirituels qui leur étaient connectés. Ces faits ont impressionné beaucoup plus l'Ame humaine que les sciences à nous enseignées ou la conscience dans laquelle nous vivons. Puisque les Ames de nos jours ont préexisté, elles étaient sûrement incarnées également au cours de l'époque égypto-chaldéenne et ceux du temps présent sont supposés avoir regardé dans le passé lointain jusqu'au Zénith, participé à la vie spirituelle et reçus certaines impressions qui étaient devenues pour eux réalités ; mais hélas ! aujourd'hui abandonnées et oubliées.

Rien de toutes ces expériences ne reste dans la conscience de l'homme actuel. Tout ce que les Ames ont assimilé est inactif au moment présent et les parties respectives, corps physique et éthérique, dorment.

Si les hommes continuaient à vivre sous l'impulsion de la science physique, ils chuteraient de plus en plus profondément dans le matérialisme et se disperseraient entièrement, les Ames ayant oublié toutes les forces du monde spirituel qui sont nécessaires à la vivification de leurs véhicules.

Nonobstant, un grand désir se réveille dans l'Ame se déplaçant sur le plan supérieur. L'homme veut en réalité savoir comment le corps astral et l'Ego sont formés. Un voile épais lui couvre ce secret et il a cette sensation qui est exprimée dans les termes suivants d'un éminent Rosicrucien : « Ce qui est en vous, ce que vous êtes vous-même, existe dans les ténèbres avant la perception spirituelle ; mais ce qui vous entoure, quand on vit dans le monde physique, se dévoile tout à vous. »

Les Ames de l'antiquité avaient de même traversé une telle expérience; mais il y avait une absence de ce désir quand elles se sont rendues dans les Hautes Sphères, parce qu'il n'y avait aucune nécessité pour elles de regarder en elles-mêmes. Elles se sont contentées de la satisfaction de connaître comment les entités spirituelles, qu’elles avaient atteintes, travaillaient à la construction des corps physique et éthérique.

À l'heure actuelle le même travail continue de se faire, mais nous demandons : « Quel est le but de la construction des corps physique, éthérique et astral, si nous ne pouvons pas comprendre ce que ces véhicules nous dissimulent ? »

Là nous pouvons trouver la différence dans l'évolution de l'Ame du présent et du passé.

Les expériences qui ont marqué l'Initiation de Zarathoustra, ont été enseignées par Hermès ; mais il a introduit ses disciples dans le monde spirituel par d'autres moyens que ceux utilisés par Zarathoustra.

Nous pouvons diviser l'Initiation égyptienne en deux parties bien distinctes ; celle de la très ancienne Egypte, appelé l’Initiation d’Isis, et l'autre, des temps plus modernes ou Initiation d’Osiris.

Quand les Ames de l'Egypte primitive se sont élevées par l'Initiation jusqu'aux Sphères Supérieures, elles se sont retrouvées devant le même phénomène qui se produit aujourd'hui. Elles se sentaient en dehors du corps physique et éthérique, elles se savaient elles-mêmes dans un monde spirituel de faits et d’entités de qui elles ont reçu des impressions réelles.

Mais à un certain moment des cérémonies d'Initiation, l'Ame avait le sentiment d'avoir atteint le but de son voyage, et sa progression future semblait impossible.
À ce stade le candidat est passé par l'expérience que l'on peut illustrer avec les mots suivants adressés par l'Ame elle-même : « Tandis que vous avez été guidés en visualisation dans le monde spirituel, vous avez appris à connaître les entités et les forces qui ont fait votre corps physique et éthérique ; vous vous trouvez dans le Sanctum Sanctorum ; vous entrez dans la demeure où vous vous sentez un avec l'entité qui travaille en commun avec ce qui est en vous et se déplace d'une réincarnation à l'autre afin de remodeler votre corps astral. »

Hermès nous montre que cette influence agit d’un côté sur les forces qui dirigent l'Ame dans sa transmigration et de l'autre côté sur celles qui éclairent l'Ame entre la transition et une nouvelle naissance.

En faisant abstraction de toutes les pensées objectives, l'Initié est conscient de la présence réelle de cette entité ; il est conscient que d'elle rayonne une énergie qui conduit l'Ame de la mort à une nouvelle existence physique. Il perçoit la force et la lumière qui en émanent, et il a l'impression de vivre en elle et par elle. Personne, sinon cette entité elle-même, ne pourrait lui exprimer ce qu'il est ; mais cette entité, avec laquelle l'Initié se sent lié, reste silencieuse. Cependant l’activité ancienne ne doit pas être considérée comme une représentation physique, mais comme étant spirituelle, et tout le monde sait qu'il en est ainsi depuis des temps immémoriaux. Elle a toujours été cachée aux yeux du commun des mortels et n’est devenue véritablement compréhensible que par une véritable initiation, qui était le but poursuivi par Hermès, le grand Initiateur.

L'entité silencieuse n’est rien d'autre que la Divinité "Isis", cachant sa face à la vue physique et ne devenant visible qu’à ceux qui sont arrivés au point final et qui regardent avec les vrais yeux qui vont d'une naissance à l'autre à travers ce qu'on appelle la mort.

Lorsque le candidat reste en contemplation pendant un certain temps en une profonde méditation sur Isis, il perçoit ce que nous pouvons appeler naissance ou Musique des Sphères, le Logos ou le Verbe, qui imprègne toute chose et insuffle l'Ame dans le corps de ceux qui sont passé de la vie subjective à la renaissance physique.

Le Verbe représente Osiris, le fils et le mari de la Déesse. Cette union, le Un en Trois et Trois en Un, était la base de la première partie de l'ascension spirituelle de l'étudiant des Mystères égyptiens. Là réside le secret de l'immortalité de l'Ame humaine, qui est le siège de l'Ego ou individualité de l'homme à travers les vies successives, continuant d'exister dans le monde spirituel entre la transition et de la renaissance.

Grâce à Osiris, l'Initié avait l'occasion de se connaître en tant qu’homme dans sa véritable signification, trouvant dans l'Harmonie des Sphères et le Verbe l'explication de l'énigme de son être spirituel.

Après ce point, qui est caractérisé par le silence d'Isis, la forme de l’Initiation se modifie et nous arrivons à l'Initiation d’Osiris. Ici, le désir d'entendre la merveilleuse Harmonie des Sphères et le Logos existe toujours ; la nostalgie de la connaissance est toujours grande dans l'Ame ; mais Isis ne répond plus, elle reste silencieuse ; Osiris ne peut pas être né, aucune Musique des Sphères ne remplit l'univers, aucun Verbe n'explique ce qui se manifeste encore timidement comme la Lumière et la Chaleur du Cosmos.

L'Ame ne pouvait exprimer son ressenti qu’à travers les mots adressés à Isis : « Ainsi, je Te contemple avec tristesse, tourmentée par la soif et le désir de connaissance, oh Déesse, Tu restes ainsi, qui ne se comprend plus elle-même, qui semble se faner comme une fleur ; Tu restes silencieuse et triste pour l'Ame humaine. »

La divinité exprime par un signe de tristesse qu'elle est incapable d'enfanter la Musique des Sphères ; et le Verbe est privé de sa faculté de génération par la perte d'Osiris, son fils et son mari, qui, après avoir été tué et réduit en morceaux par Typhon, lui a été caché dans les profondeurs de la terre.

Ceux qui ont vécu cette Initiation et sont retournés à la vie matérielle, avaient une appréciation très calme mais résignée du monde matériel ; ils ont connu Isis et se sont senti comme le « Fils de veuve. »

L'époque entre l'Initiation primitive et celle d'Osiris coïncide avec l'époque de Moïse, qui était un Initié dans les Mystères égyptiens.

Pendant l'exode des Hébreux, sous sa direction, Moïse leur transmit le secret d’Osiris, abandonnant à l'Egypte la Divine Veuve Eplorée.

Si Moïse n’avait pas laissé la silencieuse et impuissante Divinité derrière lui, il n’aurait pas entendu et interprété pour son peuple, dans le sens juste, les mots très significatifs : « Je suis celui qui suis. »

Moïse prit avec lui le secret d’Osiris, le Verbe, qui est devenu celui des Hébreux et alors le Karma de l'Egypte ancienne a été réalisé.

En conclusion, il est très important de comprendre ce qui s'est passé après le veuvage d'Isis. L'Ame égyptienne, malgré le désir et la soif de connaissance du monde spirituel, est absolument incapable de se sentir heureuse et satisfaite.

Dans les Mystères de Zarathustra, l'Initié pouvait entendre l'Harmonie des Sphères et voir la Lumière universelle. Il était heureux et satisfait, même dans la première partie de l'initiation d’Hermès. Alors que dans la deuxième partie avec Isis silencieuse et triste, sans Osiris, il se sentait non seulement abandonné et isolé, mais vraiment le «Fils de la veuve.»

Le candidat a aidé à la mort lente de la Divinité, ayant enfanté le Verbe, qui n’est plus. "La Parole est perdue", mais va renaître, incarnée en Jésus, le grand instructeur Chrétien, si joliment symbolisé par la lettre « shin » au centre du mot ineffable ou quaternaire des Hébreux.

____________________________________
NB En ce qui concerne les Forces Cosmiques, vous pouvez lire les très récents rapports officiels et scientifiques des professeurs Stearns et Overback de l'Université de Denver, Colorado, Etats-Unis, sur la puissance des Rayons interstellaires ou cosmiques et même les œuvres d'une autre scientifique, Prof. A. Compton de l'Université de Chicago, sur le même sujet : vous pouvez y trouver la vérité des très vieux enseignements des Parsis et des anciens Egyptiens entièrement corroborées par les personnes mentionnés du monde scientifique.
Simplicitas Veritatis sigillum
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Alain, Virant de la Roche, Ledgend, Gilles 63, Omorfo Phos

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4002

  • Alnitak
  • Portrait de Alnitak
  • Offline
  • Moderateur
  • Messages : 291
  • Remerciements reçus 933
The Character of the Initiation Into
the Egyptian Mysteries

By Frater Hans Gruter , F .R .C .
Grand Master for France

THROUGH all ages the Mysteries have always been marked by special characters representing continuity in order to form a whole, and therein we can see the spiritual unfoldment of Humanity.

The essential of the Initiation is the point of the Soul’s evolution for the epoch. As the Soul finds a new world at each reincarnation, the principle of the Mystery also changes, adapting itself to the period of the return to earth. (Tempora mutantur et nos mutamur in illis).

The Teachings of the Mysteries have been reserved until now to the privileged, to the Initiate, and kept strictly secret from the laity.

All the Mysteries have this point in common: the adepts must possess certain intellectual and moral qualities and especially understand the esoteric significance of the expression, “Finding oneself at the Threshold of death.”

The study of the Soul, the constitution of the human being and the hidden laws of nature, did mostly interest the ancient Initiates and those of modern times have faithfully followed the road, which their highly respected predecessors have established for them.

The Masters of the past were conscious of how the different parts, which constitute man, are built up; they knew that the celestial bodies and certain spiritual forces contribute to that marvelous construction.

Zarathustra, the great Initiator of the very ancient Persia, already began to teach his disciples that light and solar heat as well as the stars, have an important influence on the development of all Kingdoms, vegetable, animal and human.

The Zarathustrian Initiates were conscious that the forces, coming from the Cosmos and the earth, act in unison. They felt the work of Ahura Mazda and in discovering this secret their Souls were filled with joy and satisfaction. Impregnated with such a feeling they could “see the Sun at midnight.” (A purely occult expression.)

The knowledge of the relation of Humanity with the sun and the spiritual forces had been transferred by the Parsis to the Egyptians, whose Souls had been previously prepared for the reception of such a teaching, which characterizes very distinctly their Mysteries.

The Initiate of Egypt felt attuned with the solar force and was aware, concerning his different bodies, that man does not belong only to the earth, but forms one with the entire Cosmos.

In the very old times Humanity possessed a natural seership and the same faculty still existed at the end of the Egyptian-Chaldean epoch.

When the Egyptian student looked at the starry firmament, he not only saw the physical stars, but also felt the spiritual beings connected with them. Those facts impressed much more the human Soul than the sciences, taught to us, or the consciousness in which we are living. As the Souls of our days have preexisted, they were surely incarnated also during the Egyptian-Chaldean epoch and those of the present time are supposed to have looked in the far past up to the Zenith, have participated at the spiritual life and received certain impressions, which had become for them realities; but alas! today abandoned and forgotten.

Nothing of all these experiences remains in the consciousness of the actual man. Everything, which the Souls have assimilated, is inactive at the present moment and the respective parts, physical and etheric bodies, are sleeping.

If men would continue to live under the impulsion of the physical science, they would fall deeper and deeper into materialism and scatter themselves entirely, the Souls having forgotten all the forces of the spiritual world, which are necessary for the vivification of their vehicles.

Notwithstanding, a great desire awakens in the Soul moving on the superior plane. Man actually wants to know how the astral body and the Ego are formed. A thick veil covers this secret to him and he has the feeling which is expressed in the following words of an eminent Rosicrucian: “That which is in you, that, which you are yourself, is in darkness before the spiritual sight; but that which surrounds you, when living in the physical world, reveals itself entirely to you.”

The Souls of antiquity had even passed through such an experience; but there was an absence of this desire when they traveled in the Higher Spheres, because there was no necessity for them to have a look within themselves. They were content with the satisfaction of knowing how the spiritual entities, they had reached, work at the construction of the physical and etheric bodies.

At the present time the same work continues to be done, but we are asking: “What purpose has the building up of the physical, etheric and astral bodies, if we cannot understand what those vehicles hide to us?”

Therein we may find the difference in the Soul’s evolution of the present and the past.

The experiences, which marked the Initiation of Zarathustra, were taught by Hermes; but he introduced his disciples into the spiritual world by other means than those used by Zarathustra.

We can divide the Egyptian Initiation into two very distinct parts, that of very old Egypt, called The Initiation of Isis, and the other of more modern times or Osiris Initiation.

When the Souls of primitive Egypt rose through Initiation up to the Superior Spheres, they found themselves before the same phenomenon as happens today. They felt outside the physical and etheric bodies, they knew themselves in a spiritual world of facts and entities from whom they received real impressions.

But at a certain moment of the Initiation ceremonies the Soul had the feeling of having reached the goal of its journey, and further progression seemed to be impossible.

At this stop the candidate passed through the experience, which we may illustrate by the following words addressed by the Soul to itself: “Whilst you have been led around with your sight in the spiritual world, you learned to take cognizance of the entities and the forces, which have made up your physical and etheric bodies; you find yourself in the Sanctum Sanctorum; you enter the abode, where you feel one with the entity, which works in common with that which is in you and travels from one reincarnation to the other in order to remodel your astral body.”

Hermes shows us that this influence acts on one side the forces which direct the Soul in its transmigration, and on the other side those which enlighten the Soul between transition and a new birth.

In making abstraction of all objective thoughts the Initiate is conscious of the real presence of that entity; he is aware that from it radiates the energy, which leads the Soul from death to a new physical existence. He perceives the force and the light, which emanate from it, and he has the impression to live in it and through it. None, if not this entity itself, could express to him, what it is; but that entity, with which the Initiate feels himself bound, remains silent. However the former activity is not to be considered as a physical representation but as a spiritual one, and everybody knows that it has been so since time immemorial. It always has been hidden from the eyes of the ordinary mortal and became a real comprehension only by a true Initiation, which was the purpose pursued by Hermes, the great Initiator.

The silent entity is nothing else than the Deity “Isis,” hiding her figure to the physical sight and becoming visible to those having arrived at the stop point and looking with the true eyes which go from one birth to the other through so-called death.

When the candidate had gazed for a while in profound meditation on Isis, he perceived what we may call birth or Music of the Spheres, the Logos or the Verb, which pervades every thing and infuses the Soul into the body of those having passed through subjective life to physical rebirth.

The Verb represents Osiris, the son and husband of the Goddess. This union, the One in Three and the Three in One, was the basis of the first part of the spiritual ascension of the student of the Egyptian Mysteries. Therein lies the secret of immortality of the human Soul, which is the seat of the Ego or individuality of man across the successive lifes, continuing to exist in the spiritual world between transition and rebirth.

Through Osiris the Initiate had the opportunity to know himself as man in his true meaning, finding in the Harmony of the Spheres and the Verb the explanation of the riddle of his spiritual being.

After this point, which is characterized by the silence of Isis, the aspect of the Initiation changes and we arrive at the Osiris Initiation. Here the desire of hearing the marvelous Harmony of the Spheres and the Logos still exists; the nostalgy of knowledge is always great in the Soul; but Isis does not answer any more, she remains silent; no Osiris can be born, no Music of the Spheres fills the Universe, no Verb explains what is still timidly manifested as the Light and Heat of the Cosmos.

The Soul could but express its feeling through the words addressed to Isis: “Thus I contemplate Thou with sorrow, tormented by the thirst and desire of knowledge, oh Goddess! Thou remainest this, who does not understand any more herself, this, who seems to fade like a flower; Thou remainest silent and mournful for the human Soul.”

The Deity expressed by a sign of unhappiness that she was unable to bring forth the Music of the Spheres; and the Verb being deprived of the faculty of generation through the loss of Osiris, her son and husband, after being killed and torn into pieces by Typhon, has been hidden to her in the depths of the earth.

Those, who had gone through this Initiation and returned to the physical life, had a very composed but resigned appreciation of the material world; they have known Isis and felt like the “Widow’s Son.”

The epoch between the primitive Initiation and this of Osiris coincides with the time of Moses, who was an Initiate into the Egyptian Mysteries.

By the exodus of the Hebrews under his guidance, Moses passed over to them the secret of Osiris, abandoning to Egypt the Divine Mournful Widow.

If Moses would not have left the silent and powerless Deity behind him, he would not have heard and interpreted for his people in the right sense the very significant words, “I am that which I am.”

Moses took with him the secret of Osiris, the Verb, which became that of the Hebrews and thus the Karma of ancient Egypt was realized.

In conclusion, it is very important to make up one’s mind of that which happened after the widowship of Isis. The Egyptian Soul, notwithstanding the desire and thirst for knowledge of the spiritual world, is absolutely unable to feel happy and content.

In the Zarathustrian Mysteries the Initiate could hear the Harmony of the Spheres and see the universal Light. He was happy and satisfied, even in the first part of the Initiation of Hermes. While in the second part with Isis silent and sorrowful, without Osiris, he felt not only abandoned and isolated, but truly the “Widow’s Son.”

The candidate assisted in the slow death of the Deity, having brought forth the Verb, which is no more. “The Word is lost,” but will be reborn, incarnated in Jesus, the great Christian Instructor, as is so beautifully symbolized by the letter “shin” in the middle of the ineffable word or quaternery of the Hebrews.

___________________________
N. B. With regard to the Cosmic Forces, please read the very recent scientific and official reports of the Professors Stearns and Overback of the University of Denver, Colorado, U.S.A., on the power of the inter-stellar or Cosmic Rays and even the works of another scientist, Prof. A. Compton of the University of Chicago, on the same subject: you may find there the truth of the very old teachings of the Parsis and ancient Egyptians entirely corroborated by the mentioned men of the scientific world.
Simplicitas Veritatis sigillum
Dernière édition: 1 an 11 mois ago par Alnitak.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4003

Bonjour Guy,

Et bien, que de beaux cadeaux en peu de jours tu nous offres; merci encore une fois ! Pourrais-tu nous indiquer la source de ce texte svp ? (Probablement une ancienne publication rosicrucienne?)

Bien fraternellement

Philippe
"Ce que tu penses tu le deviens. Ce que tu ressens, tu l'attires. Ce que tu imagines, tu le crées."
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4004

  • Alnitak
  • Portrait de Alnitak
  • Offline
  • Moderateur
  • Messages : 291
  • Remerciements reçus 933
Bonjour Philippe,

Chez les algonquins, je gage que personne ne t'appellera "œil de lynx"... lol

Regarde la deuxième phrase, tout là haut, au tout début : "publié dans le Rosicrucian Digest de mai 1933"...

Sans aucune malice et en toute amitié,
Fraternellement,
Guy
Simplicitas Veritatis sigillum
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Virant de la Roche

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4005

Désolé, Guy.... Et dire que je porte des lunettes ! :whistle: J'ai probablement oublié l'information une fois arrivé en bout de texte... Que veux-tu, c'est l'âge ! :(

Sois certain que je ne t'en veux pas. :)

Amitiés d'ici,

Philippe
"Ce que tu penses tu le deviens. Ce que tu ressens, tu l'attires. Ce que tu imagines, tu le crées."
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Hans Grüter : Initiations 1 an 11 mois ago #4007

  • bistrotrc
  • Portrait de bistrotrc
  • Offline
  • Gold Boarder
  • Messages : 316
  • Remerciements reçus 416
Merci Guy pour ce texte intéressant et curieux qui contribue à l'histoire du rosicrucianisme exotérique français.

Quelques remarques qui n'engagent que moi...

J'apprécie tout d'abord la remarque de Grüter sur le triangle "moral - intellectuel - ésotérique" totalement oublié dans le "new-âge" actuel mais qui révèle une fois de plus que seul un tout petit nombre accède à "autre chose" qu'à des impressions ou à des croyances.

La pertinente compréhension du passage du seuil décrit par Grüter: "se trouver au seuil de la mort" me semble toutefois révéler un héritage maçonnique.

Mais son message n'est pas très net pour ce qui traite de l'ancienne Egypte.

Par exemple quand il affirme "la connaissance de la relation de l'Humanité avec le soleil et les forces spirituelles avait été transférée par les Parsis aux Egyptiens.", il s'égare car il fait référence à la conquête de l'Egypte par les Perses, mais c'est la 27e dynastie... (Akhenaton c'est la 18e dynastie, pratiquement un millénaire avant). Par ailleurs on peut légitimement douter de la spiritualité transmise par la Perse de Cambise si nous pensons simplement à la cruelle mise à mort du taureau sacré d'Héliopolis... Il y a donc une fausse piste à rectifier.

La suite est assez bizarre car si Grüter parvient à évoquer Isis et Osiris il ne mentionne curieusement pas Horus au travers duquel Osiris revient en nous.

Mais tout cela est finalement assez typique d'une époque (fondamentalement révolue à mon sens) dans laquelle la tradition égyptienne héliopolitaine n'est pas encore différenciée des autres cosmogonies égyptiennes plus primitives. Elle est considérée au travers des influences grecques (le culte d'Isis d'exportation mis au point par Maneton, les pseudo enseignements des "36525 écrits" de l'hermétisme grec et naturellement par ce qui ressort des écoles de mystères grecques inspirées des écoles de mystères égyptiennes), elle est approchée seulement par 2 impérialismes: le kabbalisme hébraïque monopolisé par le monothéisme de la religion judaïque, et surtout "l'ésotérisme chrétien" contrôlé par un jésuitisme récupérateur avec lequel il convenait de composer discrètement.
Grüter n'y manque pas en citant l'incontournable "grand instructeur chrétien" à propos du "shin" de "hieshoua".

Bien fraternellement
Francis
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Modérateurs: witiza, Alnitak
Copyright © 2017 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix - Tous droits réservés