Prolégomènes

verite

Depuis la création de notre association, de très nombreuses personnes nous ont interrogés sur ses origines et ses éventuels liens avec l’AMORC. Ces questions se sont faites encore plus nombreuses et plus pressantes avec la création de notre site Internet. 

Ce récit à caractère historique et les documents annexés n’ont d’autres buts que de répondre avec précision aux interrogations du public. Leur aspect parfois polémique doit être compris en replaçant les événements décrits dans leur contexte passionnel qui ne saurait en rien altérer la véracité des propos. Il est important de préciser que les dirigeants du S.E.T.I puis ceux du Cénacle de la Rose-Croix ont toujours agi en pleine lumière, en signant leurs écrits et ce malgré les menaces maintes fois réitérées des grands spécialistes de la «chicane ésotérique». Malgré l’appétence immodérée de nos adversaires pour les procédures judiciaires, jamais nous n’avons été mis en cause car toutes nos affirmations étaient fondées.

Nos écrits (voir annexes) n’avaient pas pour but de nuire, mais de rétablir la vérité et livred’éclairer nos frères rosicruciens abusés par la propagande et les mensonges des nouveaux dirigeants de l’AMORC. Depuis plus de dix ans nous avons poursuivi le même objectif continuer à servir la Rose-Croix et les étudiants rosicruciens, comme nous l’avions fait en toute sincérité durant de nombreuses années au sein de l’AMORC. A ceux qui pourraient douter de notre clairvoyance à cette époque ou de notre altruisme aujourd’hui, nous répondrons simplement que tout étudiant sur le sentier du mysticisme peut se tromper ou être abusé, un temps, mais qu’il n’a pas le droit de tromper sciemment les autres.

Que les sceptiques, comme ceux qui nous accordent déjà leur confiance, veuillent bien prendre le temps de lire attentivement ce qui suit et les documents annexés. Ces écrits retracent les péripéties douloureuses auxquelles nous avons été confrontés . Ils constituent «notre histoire» (1) en même temps qu’ils s’inscrivent de façon irrévocable dans l’Histoire de la Rose-Croix.
Il n’est pas aisé pour le lecteur impartial, à fortiori pour le lecteur partisan, de se faire une opinion objective sur une situation conflictuelle en prenant simplement connaissance des affirmations des uns et des autres, sans pouvoir vérifier les dires. Pour notre part nous avons toujours pu démontrer à ceux qui nous le demandaient la véracité de nos propos. De plus les années s’écoulant, tout ce que nous avions porté en son temps à la connaissance de nos frères rosicruciens fut confirmé par les faits ou reconnu beaucoup plus tard par les dirigeants de l’AMORC. En prenant connaissance de ces divers documents le lecteur, attentif à la chronologie, s’en rendra compte aisément.

Le S.E.T.I, aujourd’hui devenu Cénacle de la Rose-Croix, est une association à but non lucratif fondée par d’anciens membres de l’AMORC, qui ont exercé au sein de ce mouvement rosicrucien, des responsabilités régionales à titre bénévole. Le Président fondateur du S.E.T.I, Jean Pierre JULY, aujourd’hui Président d’honneur du Cénacle de la Rose+Croix, était en janvier 1990 membre du Grand Conseil de l’AMORC. C’est à cette époque que pour marquer son refus de cautionner les nouvelles orientations des dirigeants de cette Association, il démissionna de ses fonctions d’officier de la Grande Loge des pays de langue française. Jacques DEVAUX, Jacques JULY et Jean Louis BOURGEOIS, les trois Moniteurs Régionaux chargés de le seconder lui apportèrent un soutien total dans cette démarche et démissionnèrent le même jour pour les mêmes raisons. Ils furent imités en cela par tous les officiers de la Loge Cornélius Agrippa de LIMOGES dont WITZ J-N actuel Président du C.R.C. et par de très nombreux officiers des organismes de la région Poitou-Charentes. Cette vague de protestation, par renoncement à des fonctions honorifiques de service, fit éclater un scandale qui allait être à l’origine de plusieurs radiations arbitraires et de nombreuses démissions de l’AMORC. Cette situation d’exclusion douloureusement vécue par des rosicruciens sincères les conduisit, pour poursuivre ensemble leur quête, à créer le mouvement pour la Sauvegarde des Enseignements Traditionnels et Initiatiques (S.E.T.I).

Pour comprendre les doutes qui assaillirent les créateurs de ce mouvement rosicrucien il faut remonter à l’organisation puis au déroulement de la convention générale de l’AMORC pour les pays de langue française, en juillet 1989.

C’est en avril 1985 lors de la Convention de CANNES que le Grand Conseil de l’AMORC désigna officiellement LIMOGES pour organiser la Convention Générale des pays de langue française. Cet événement devait avoir un retentissement considérable pour une ville moyenne. En effet, Limoges allait accueillir plus de trois mille membres pendant près d’une semaine et cette convention rosicrucienne de juillet 89 demeure encore aujourd’hui pour la capitale limousine un des tous premiers événements en matière de rassemblement populaire et d’hébergement. C’est pourquoi à compter de cette décision, tous les rosicruciens de la région Poitou-Charentes (Limoges étant rattachée à cette région dans le découpage amorquien) sous la conduite de Jean Pierre JULY, président du comité d’organisation, allaient consacrer une très grande partie de leur temps libre à la préparation de ce rassemblement.

L’organisation de cette manifestation conduisit les responsables régionaux à établir de très nombreux contacts internes et externes à l‘AMORC, les amenant à constater un certain nombre de faits troublants pour lesquels ils eurent l’outrecuidance de poser des questions et surtout d’exiger des réponses. A l’image d’Icare qui avait vu fondre la cire de ses ailes en s’approchant trop prés du soleil, ils furent mis au ban de " l’Eden amorquien " parce qu’ils avaient cherché à connaître et à comprendre ce qui devait rester caché pour le " membrus vulgarus ".

haut

Copyright © 2017 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix - Tous droits réservés