Fidélité et Audace

Sans doute le terme Rose-Croix évoque-t-il bien peu de choses pour la plupart des hommes et des femmes de notre temps. De nos jours en effet, les progrès de la science et la logique économique monopolisent l'attention de l'homme moderne. La vérité scientifique apparaît toute puissante pour révéler et garantir le bonheur des hommes ; quant au Dieu-argent il semble pouvoir combler leur besoin d'absolu ou annihiler leurs aspirations spirituelles. Tout ce qui n'est pas baptisé scientifique par l'élite intellectuelle de l'humanité est oublié, délaissé ou méprisé et tout le reste... tout le reste est à vendre !

Bien sûr, le besoin de spiritualité subsiste en la plupart des êtres humains ; cependant, dans le contexte ultra rationaliste qui prévaut aujourd'hui, il est souvent malséant de l'exprimer et plus encore de lui donner une place prépondérante dans les affaires du monde. Pis encore, lorsque ce besoin s'exprime et se manifeste, il est parfois à l'origine d'un intégrisme inacceptable ou d'un commerce indécent pouvant aller jusqu'à l'escroquerie.

Dans ce contexte, on peut comprendre que ceux qui militent avec abnégation et intégrité pour une société plus juste sur le plan matériel et plus ouverte sur le plan spirituel fassent figure de dinosaures, de marginaux ou même, d'escrocs potentiels. On peut comprendre alors la défiance du public à l'encontre d'organisations proposant des philosophies qui dépassent le cadre matériel de la vie et prennent en compte la dimension spirituelle de l'humanité.parcours

Et pourtant, il est aujourd'hui de ces philosophies qui prônent le progrès spirituel, la fraternité, l'altruisme et le partage en s'appuyant sur une connaissance traditionnelle des lois naturelles. La philosophie rosicrucienne est l'une d'entre elles.

La philosophie rosicrucienne propose aux hommes d'aujourd'hui, une voie de progrès sur le plan matériel et d'évolution sur le plan spirituel tant à titre individuel que collectif. Elle aborde, sans sectarisme ni esprit de ségrégation, tous les domaines de la vie matérielle et révèle un véritable sentier mystique capable de conduire « l'initié » vers une compréhension complète des grandes questions métaphysiques que chacun se pose un jour.

Après ces propos, une question vient à l'esprit : si une telle philosophie existe et si elle est vraiment efficace, pourquoi n'est-elle pas plus connue, plus répandue et plus souvent mise en pratique ?

La réponse est complexe et tient en grande partie au contexte historique qui a longtemps contraint la fraternité Rose-Croix, sinon à la clandestinité, du moins à une discrétion salutaire. Un autre aspect de la réponse tient au fait que la voie mystique a toujours été, et demeure aujourd'hui encore, une voie difficile et exigeante. Enfin, il faut compter, à travers toutes les époques, avec les incontournables luttes que les tenants du pouvoir temporel ont menées pour discréditer ou étouffer toute forme de connaissance et d'évolution individuelle.

La devise-symbole du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix, « De l'amour un idéal ! » positionne d'emblée sa tradition rosicrucienne dans sa valeur la plus originelle et annonce sans fioritures son programme audacieux pour les décennies futures. Cependant avant d'évoquer les nobles ambitions du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix pour demain, nous allons très rapidement en venir à celui qui a matérialisé les notions fondamentales de la Rose-Croix, à savoir Jean-Valentin Andreae par le truchement de son éponyme Christian Rosencreutz, mais auparavant accordons-nous la vision à 180 degrés du sentier initiatique parcouru par la Rose-Croix pour en suivre son invisible trace du Christ Jésus au S.E.T.I. qui signifie, rappelons-le « Sauvegarde des Enseignements Traditionnels et Initiatiques ».

Ce fil conducteur est le cordon traditionnel qui relie pour les siècles des siècles les parties cachées et dévoilées d'un long concept ésotérique.

haut

Les origines de la Rose+Croix

A la mort de son père, Johann ANDREAE, le jeune Jean-Valentin alors âgé de 15 ans, se retrouva dans la froidure de Tubingen en compagnie de sa mère et de ses six frères et soeurs. C'est lors du déménagement de sa famille, d'Herrenberg à Tubingen, qu'épuisé par une marche éreintante, il tomba sous les roues de la voiture qui les transportait et fut infirme à vie.

Intéressé par tout ce qui touchait à la haute alchimie, à l'astrologie, ainsi qu'à tous les aspects de l'ésotérisme, Jean-Valentin écrivit à l'âge de 18 ans, les « Noces chymiques de Christian Rosencreutz » où pour la toute première fois il distilla au compte gouttes ses grands projets de réformation du monde. Curieusement ce texte de jeunesse ne sera publié qu'après tous les autres et fera finalement figure d'étrangeté.fama

Pendant toutes ces années préparatoires, Andreae se forgeait outre le caractère, de solides amitiés, comme celles de Christophe Besold ou de Wilhem Wense. À eux trois, ils construisirent, façonnèrent, remanièrent toute la philosophie rosicrucienne et l'on peut affirmer aujourd'hui qu'ils en assurèrent la pleine et entière paternité.

Le luthéranisme officiel germanique le dérangeant, Jean-Valentin Andreae, qui rêvait d'un monde plus juste, plus équitable, sans mensonge, ni hypocrisie, où toutes les richesses seraient partagées égalitairement chercha dans le caritatisme mystisant de Johannes Arndt, sa véritable mission. Il voulait essentiellement un évangélisme pur, intègre et intransigeant, et c'est en 1611, lors d'un voyage à Genève que séduit par « L'Imitation de Jésus-Christ », lui apparut pour la première fois le sens réel de sa mission sur terre : « Juvare res christiane », aider la cause du christianisme.

Sa « Réformation », pamphlet révolutionnaire pour l'époque, sa "Fama" qui pose les toutes premières bases de sa philosophie altruiste sous le couvert de l'histoire mystique de Rosencreutz, sa « Confessio » qui ouvre très largement les portes d'une véritable fraternité basée sur l'amour et la solidarité entre les êtres, sont autant de supports historiques qui confirment la mission évangélique de ce père fondateur de la Rose-Croix.

Toute la vie de Jean-Valentin Andreae ne fut qu'une longue succession de désillusions et de trahisons. Profondément déçu par l'accueil plus que froid réservé à ses textes fondamentaux sur la Rose-Croix, il reniera dès l'année 1616 qui vit paraître les « Noces chymiques de Christian Rosencreutz », le mouvement qu'il avait lancé.

Echaudé par cette Rose-Croix dont personne ne voulait et qui finira par se flétrir dès les années 1620, Jean-Valentin imagine une république "christianopolitaine", sorte de Nouvelle Jérusalem terrestre placée sous la protection directe de Dieu. Un plan social fut même rédigé avec le concours de Wilhem Wense et un opuscule fut imprimé en 1620 et envoyé aux quatre coins de l'Europe. La guerre mit fin à ce beau rêve utopiste et les amis se dispersèrent dans la tourmente et le tumulte des tragiques événements. La plupart des exemplaires de ce plan furent à jamais perdus. Seul le titre de l'ouvrage demeure : « La main droite tendue de l'amour chrétien »

La société Idéale selon J.Andrea Valentin

Nullement découragé, ANDREAE fonde en 1620, une manière de société de secours, d'ordre local, pour l'aide aux ouvriers, étudiants, malades et pauvres, tout en restant au service de la Haute Mystique, ce qui lui vaudra en 1622 de nouvelles trahisons qui entraînèrent procès et calomnies.

Véritable Don Quichotte de la vérité, Jean-Valentin ANDREAE quittera notre monde le 24 juin 1654 quelques mois après son installation comme chef de l'Abbaye D'ADELBERT. Curieuse destinée que celle de ce contemplatif qui inventa dans son amour immodéré du Christ une société idéale qu'il fit graviter un temps autour d'un symbole entièrement inventé par lui-même et son cénacle de Tubingen : la Rose+Croix.

haut

Héritiers Spirituels de la Lumière

Des idéaux si sublimes et un courant de pensée si puissant ne pouvaient disparaître à jamais dans les méandres du temps. Des hommes comme Robert Fludd ou Francis Bacon donnèrent à la Rose bien des occasions d'ouvrir à nouveau ses pétales et d'exhaler son parfum d'Amour sur le monde égoïste. Mais les soubresauts de l'histoire sont ainsi faits que pendant des siècles il fallut bien de la persévérance pour retrouver disséminées les traces volatiles de l'expression rosicrucienne.

Signe des temps, peut-être, le tout début du XXe siècle vit une déferlante rosicrucienne. Et des ésotéristes de tous poils se signalèrent de ci, de là, comme étant les véritables détenteurs de la Rose-Croix imaginée par Jean-Valentin Andreae.

C'est ainsi que l'on vit se déchirer dans une guerre des deux Roses, des personnalités hors du commun comme Stanislas de Guaita et Joséphin Péladan. Tous les grands noms de l'ésotérisme et de l'occultisme en général trempèrent plus ou moins dans la « Grande Tradition des Rose-Croix », Papus, Hélène Blavatsky entre autres. Des mouvements éphémères se créèrent, telle la Golden Dawn qui sombra corps et biens dans les toutes premières années du XXe siècle.

L'idée rosicrucienne chemina jusqu'aux Amériques où attendaient des hommes et des femmes avides de savoir et de connaissance, nourris d'un ésotérisme européen qui les frustrait. Tous rêvaient de connaître les grands secrets de la Rose-Croix. Un seul osa dès 1909 aller à la source de la Grande Lumière, ce fut Harvey Spencer Lewis.hsl

Né en 1883 à Frenchtown dans le New Jersey, Harvey Spencer Lewis fut élevé dans les collèges de la ville de New York. Membre de l'église méthodiste il s'intéressait à la science, aux arts, au journalisme. Réellement doué dans de nombreux domaines, il reflétait bien ce que l'on peut appeler, un esprit universel.

Il s'intéressa très tôt au mysticisme et fut dès lors progressivement mais irréductiblement attiré, on pourrait dire fasciné par la Rose-Croix.

Le sol américain et l'histoire récente des Etats-Unis ne pouvant satisfaire sa soif de connaissance traditionnelle, il entreprit de retrouver des racines christiques et universalistes sur le vieux continent. En 1909, donc, il traversa l'océan pour venir à la rencontre de ceux qui, ici ou là, détenaient officiellement en apparence le flambeau rosicrucien. Il décrit lui-même dans un fascicule intitulé « Voyage d'un pèlerin vers l'Est » sa quête parsemée d'embûches pour retrouver un semblant de filiation authentique. Beaucoup lui ont reproché et lui reprochent encore dans les milieux « autorisés » en ésotérisme, de ne pas posséder de véritable transmission initiatique ininterrompue depuis les origines de la Rose-Croix. Lorsqu'on connaît l'œuvre de Lewis et sa contribution à la compréhension mystique du monde qui nous entoure, on laisse les ergoteurs de la Tradition se délecter des chartes et des grimoires et l'on aime à penser que la véritable filiation rosicrucienne ne saurait exclure la filiation de désir, sans doute la plus authentique.Harvey Spencer Lewis

Ainsi, et compte tenu de l'ardent désir qui poussa ce chercheur sincère à retrouver les origines des pères fondateurs, nul ne peut lui contester son appartenance à la tradition Rose-Croix.

Son enthousiasme pour l'idéal Rose-Croix et son intégrité envers ceux qu'il était chargé de guider, lui permirent de redonner un intérêt et une dimension nouvelle au mouvement rosicrucien à travers le monde. Il sut adapter l'enseignement ésotérique traditionnel, trop souvent hermétique, pour le rendre facilement accessible à tous ceux qui aspiraient à étudier, comprendre et mettre en pratique les grandes lois mystiques qui gouvernent la vie de l'univers tout entier.

Sa grande intelligence doublée de dons artistiques multiples, et sa sensibilité tout entière mise au service de l'amour des autres lui permirent d'être apprécié de tous ceux qui œuvraient à ses côtés et de rester crédible aux yeux de tous les rosicruciens sincères.

Harvey Spencer LEWIS

Son œuvre considérable représente une précieuse source de progrès pour l'humanité dans tous les domaines qui touchent aux réalités les plus banales de la vie quotidienne, aussi bien qu'aux mystères les plus absolus de l'existence spirituelle.

Sa sincérité, son enthousiasme et son talent sont à l'origine du succès incontestable de l'Ordre de la Rose-Croix qu'il dirigea jusqu'à sa mort en 1939.

Ayant le souci de préserver son œuvre, il confia à son fils le soin de la perpétuer en conservant l'intégrité de l'organisation qu'il avait fondée au service des idéaux de tolérance et de fraternité universelle, symbolisés par la Rose-croix.

C'est sous la houlette de Ralph Maxwell Lewis que de nombreux étudiants rosicruciens de par le monde ont découvert la véritable contribution de Harvey Spencer Lewis à la tradition et à l'enseignement rosicrucien.

Ce mystique moderne consacra sa vie à ouvrir l'esprit de ses contemporains, à leur faire percevoir ce qui animait les hommes et leurs croyances passées ou actuelles. Il s'efforça de combattre la peur et la superstition utilisées par certains pour asservir les consciences. Il mit sans cesse en évidence le pouvoir tout puissant de l'amour, ainsi que la clef de la réussite que constitue la confiance en soi.

haut

Changer le monde

Le vrai mystique n'est pas celui qui vit replié sur lui-même ou dans le giron de quelque confortable fraternité secrète, élitiste et fermée ; le vrai mystique est celui qui étudie, comprend et fait confiance aux lois naturelles de la création et qui se sert de la connaissance ainsi acquise pour aider, servir et aimer les autres.

Aider, servir et aimer les autres ! Tous les autres et pas seulement ceux qui sont appelés frères parce qu'ils partagent les mêmes convictions, les mêmes lieux ou les mêmes gourous.

La connaissance ne donne comme droit, que le devoir de la mettre au service de tous les hommes, au point que ceux qui la détiennent doivent aspirer et s'employer à changer le monde.

Changer le monde !

Le but peut paraître ambitieux, utopique ou délirant et cependant il est déjà en partie atteint par tous ceux qui travaillent sincèrement à se changer eux-mêmes !arc_ciel

La tâche est immense pour déjà nous changer nous-mêmes, pour nous guérir de ces maux ambiants de notre siècle que sont l'indifférence, l'oubli et l'égoïsme mais c'est le premier travail à réaliser lorsque l'on prétend emprunter une voie de connaissance et d'initiation comme la voie rosicrucienne. Une fois cette étape franchie par le plus grand nombre possible de vrais mystiques, il ne restera plus qu'à... changer les autres !

Changer les autres ne consiste pas à faire des efforts surhumains pour les convaincre et moins encore à les contraindre par quelque croisade intégriste et sectaire, mais simplement à les côtoyer en étant nous-mêmes, en étant tellement nous-mêmes, tellement porteur d'un idéal générateur de joie et de bonheur que l'on finira par les contaminer...

Etre enthousiaste, sincère, lucide et tellement proche des autres que l'on finira par les contaminer...

C'est par la contagion des valeurs nobles et élevées dont ils sont porteurs que les mystiques vaincront l'épidémie de l'égoïsme dont le monde est aujourd'hui malade.

C'est par la contagion, que les valeurs de partage, de service et d'altruisme finiront par atteindre les plus hautes sphères de la direction des peuples et que finalement les hommes, tous ensemble, réussiront à changer le monde !

C'est à cette contagion que le S.E.T.I veut participer avec tous ceux qui le rejoignent et le soutiennent. C'est cette contagion qu'il souhaite entreprendre aux côtés de toutes les religions, organisations ou associations qui préfèrent le partage plutôt que l'indifférence, l'amour plutôt que la tolérance, l'homme plutôt que la richesse et Dieu plutôt que le dogme...

Le troisième millénaire qui s'annonce devra compter avec cette nouvelle épidémie qui ravagera l'égoïsme, la cupidité et les luttes d'intérêt pour rendre à tous les hommes le monde que des hommes ont vendu...

haut

Une nouvelle l'ère rosicrucienne

Pendant plus de vingt ans, les fondateurs du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix ont totalement souscrit à cette conception rosicrucienne de l'aventure humaine. Leur sincérité, leur enthousiasme et leur dévouement les conduisirent à des responsabilités importantes, occupées à titre bénévole au sein de l'organisation que dirigeait alors Ralph Maxwell Lewis. Chargés par la hiérarchie de l'Ordre de préparer une convention internationale, ils élaborèrent un programme centré sur le message rosicrucien de Lewis, en rappelant bien ingénument sa mémoire lors d'une cérémonie intitulée : « Cinquante ans déjà... ». Harvey Spencer Lewis était décédé le 2 août 1939, et la cérémonie devait se dérouler le 22 juillet 1989.

C'est probablement en cet instant que se scella, sans que les acteurs de l'époque n'en prennent conscience, le destin de ce qui allait devenir un an plus tard le

S.E.T.I Sauvegarde des Enseignements Traditionnels et Initiatiques

Quatre ans de préparation d'une convention Rose-Croix avait conduit les responsables régionaux à douter parfois des motivations de la hiérarchie. Et ils comprirent beaucoup plus tard que déjà les luttes d'influence pour siglele pouvoir, et les manœuvres habiles pour dénaturer l'enseignement de Lewis, avaient commencé.

Le 12 janvier 1987, en pleine préparation d'une convention qui devait se dérouler en 1989, Ralph Maxwell Lewis décédait ouvrant le champ libre aux querelles les plus mesquines pour s'emparer du prestige et des moyens matériels dont disposait l'organisation.

Progressivement éclairés par les déclarations sordides, les querelles intestines et les luttes pour le pouvoir, nombreux furent les membres qui quittèrent à la fin des années 1980 l'organisation fondée par Harvey Spencer Lewis, mais peu eurent le courage de dénoncer ouvertement cette chienlit en essayant de faire bouger les choses de l'intérieur et à visage découvert. Membres de la Hiérarchie Esotérique, traditionnellement installés comme officiers de la Grande Loge et organisateurs bénévoles d'un rassemblement rosicrucien d'envergure, ces membres ne prétendaient à aucun droit particulier, mais ils estimaient et ils estiment toujours avoir des devoirs envers la Rose-Croix.

C'est dans cet esprit qu'ils ont tout essayé au cours du dernier semestre de 1989 pour convaincre les dirigeants de l'époque de modifier leurs orientations afin de rester fidèles aux préceptes du fondateur. Ils furent poliment écoutés mais leur plaidoyer demeurant sans écho, ils décidèrent de se démettre volontairement de leurs responsabilités. Ils espéraient une réaction constructive, soutenus qu'ils étaient par toute une région. En récompense de leur dévouement au service de l'organisation, ces membres loyaux récoltèrent pour ultime remerciement une radiation inique de leur qualité de membres. Cette décision arbitraire souleva une vague de protestations et de démissions dont le pouvoir en place n'eut cure, mais dont les répercussions n'ont pas fini de secouer le petit monde du rosicrucianisme.

Le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix allait naître de cette brisure et ses fondateurs, douloureusement éprouvés par le mépris et l'ingratitude, allaient découvrir progressivement au fil des rencontres, que leur ardent désir de demeurer, quoi qu'il advienne, rosicruciens, les avait guidés et ramenés aux sources. Comme leur prestigieux aîné, ils allaient poursuivre le travail, adoubés qu'ils étaient par l'ardent désir de servir la Rose au coeur de la Croix.

En avril 1998 lors d’une assemblée générale extraordinaire il fut décidé d'associer au sigle S.E.T.I, les termes de "Cénacle de la Rose+Croix".

LE S.E.T.I : Un autre regard

Cependant, un tel parcours, si exaltant soit-il, pouvait-il justifier la création d'une nouvelle organisation rosicrucienne ?

Fallait-il ajouter un nouveau nom à la liste déjà longue de ce genre d'organisations ?

La réponse appartient désormais à l'histoire.

Bien sûr, il existe d'autres organisations, de par le monde, qui se réclament de la Rose-croix, et le but ici n'est pas de nous livrer à quelque publicité comparative avec tel ou tel de ces groupes, nous laissons aux chercheurs véritables le soin de comparer eux-mêmes et de se déterminer en leur âme et conscience.

Le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix est né de la fidélité de ses fondateurs à l'idéal Rose-Croix et de leur volonté de partager cet idéal avec le plus grand nombre. Ces fondateurs se savent les héritiers spirituels d'une connaissance et d'une tradition qui n'est plus perpétuée et ils considèrent comme un devoir de sauvegarder et d'offrir cette connaissance et cette tradition à tous les hommes

de bonne volonté.

« Sauvegarde des Enseignements Traditionnels et Initiatiques principalement issus de la Rose-Croix. »

C'est là, la véritable dénomination de l'association S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix et son nom lui-même contient et explique sa véritable raison d'être. Bien sûr, cela encore ne suffit pas à justifier totalement son existence et moins encore à légitimer son ambition de faire plus et mieux que d'autres dans le domaine de la tradition Rose-croix. C'est pourquoi quelques précisions sont nécessaires pour marquer les différences et affirmer l'identité récente mais originale du S.E.T.Icomm

Tout d'abord, le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix ne recherchait pas l'augmentation à tout prix du nombre de ses membres, bien qu'il s'efforce, comme ici à travers cet article, de faire connaître son existence par un public le plus large possible.

Cette double affirmation peut paraître paradoxale, cependant, les dirigeants du S.E.T.I n'ont d'autre ambition, lorsqu'ils s'efforcent de faire connaître leur association, que de faire partager leur enthousiasme, pour la Voie Rosicrucienne, au plus grand nombre de chercheurs sincères. C'est pourquoi ils ont opté pour un fonctionnement de l'association, basé sur la gratuité. Ainsi, toute personne dont les ressources financières étaient trop faibles pour lui permettre de payer la moindre cotisation pouvait parfaitement profiter, de façon pleine et entière, de tous les avantages que propose le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix. Il devrait paraître évident à tout mystique sincère, que ce mode de fonctionnement est le seul possible pour une fraternité qui aspire à servir un idéal spirituel, car nul ne peut prétendre légitime de sélectionner, par l'argent, les candidats à la connaissance et à l'initiation. Ce principe de gratuité était bien sûr rendu possible par la participation volontaire de ceux qui, plus aisés, souhaitaient aider l'association à continuer son œuvre.

En contrepartie de ce mode de fonctionnement particulier, chacun comprendra que l'intégrité interdise aux dirigeants de l'association, de distribuer des perles aux pourceaux, c'est-à-dire de faire parvenir courriers, revues, et enseignements, à ceux qui ne s'inscrivaient que par simple curiosité intellectuelle, par défi, ou pis encore, par esprit de dérision. C'est pourquoi, chaque membre, à toutes les étapes de sa progression, devait renouveler, de façon simple mais formelle, son désir de poursuivre son affiliation au mouvement. Là encore, ce devrait être une évidence pour chaque aspirant à la connaissance, de comprendre qu'il ne suffit pas de recevoir régulièrement des enveloppes que, parfois, on ne prend même pas la peine de décacheter, pour se prétendre membre d'une quelconque association. Nul n'est obligé, en notre temps d'appartenir à une organisation mystique, le fait d'y adhérer doit répondre à un réel désir intérieur et, lorsque ce désir s'atténue ou disparaît, il faut mettre fin à sa quête et à son affiliation. Cela doit se faire naturellement, sans aucun sentiment d'échec ou de culpabilité. La voie rosicrucienne, comme d'autres voies traditionnelles, reste une voie exaltante mais difficile qui ne doit être abordée qu'avec sincérité, enthousiasme et persévérance volontaire. Le S.E.T.I ne recherchant pas le profit que pouvait lui procurer un nombre toujours croissant de membres, n'usait d'aucun subterfuge pour faire venir ou pour garder ses adhérents.

De même au sein du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix l'initiation ne s'achètait pas, ni par l'argent, ni par l'ancienneté, elle était le corollaire naturel de l'étude et de la progression sur le sentier mystique, c'est pourquoi il ne suffisait pas de payer ou de franchir les étapes et les années, pour prétendre devenir un initié. Ceci encore devrait être une évidence qui, trop souvent aujourd'hui, est oubliée ou sous-estimée.

Un esprit de liberté

Outre sa gratuité, le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix avait voulu se doter d'un fonctionnement strictement conforme aux lois du pays où se situe son siège mondial. Il se conformait donc aux règles et principes de la loi française de 1901 qui régit les associations à but non lucratif. (A partir de 21 juin 2007 ses statuts ont changé) L'esprit démocratique était présent et respecté à tous les niveaux de son fonctionnement. Cette contrainte naturelle était le signe du respect de ses fondateurs pour tous ceux qui avaient lutté et souvent payé de leur personne pour faire progresser, sur le plan exotérique, la société des hommes et, loin d'entraver les ambitions ésotériques de l'association, ce mode de fonctionnement devait les servir en rassurant tous les adhérents et en leur garantissant la probité et le désintéressement de ses dirigeants. Pour ceux qui s'inquiétaient de la pérennité de l'idéal faute de quelque rigueur autocratique, précisons que le S.E.T.I s'était doté d'un Conseil de l'Ethique qui n'avait aucun pouvoir financier ou administratif mais qui demeurait le garant unique de l'intégrité philosophique du mouvement. Son pouvoir était nul sur le plan exotérique, mais il demeurait souverain sur le plan ésotérique. Cette séparation des pouvoirs avait pour but d'éviter les éventuels dérapages d'autoritarisme abusif ou de détournements financiers trop souvent observés de nos jours parmi des dirigeants qui, étant des hommes avant tout restent toujours susceptibles de succomber à la pernicieuse tentation du pouvoir ou de l'argent.

Une autre caractéristique du fonctionnement du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix, était son attachement au non-secret dans le domaine spirituel. C'est toujours le cas aujourd'hui. Chacun de ses adhérents avait parfaitement le droit de parler avec ses proches ou son entourage, de quelque sujet qu'il juge utile. Nul courrier ou document, n'était considéré comme strictement confidentiel ou secret. Ce principe, là encore, bien que pouvant choquer les champions du pseudo-ésotérisme ou de l'élitisme spirituel, répond pourtant, parfaitement aux lois mystiques les plus anciennes et les plus authentiques. Les plus grands Maîtres, et Jésus lui-même, ont toujours enseigné les foules sans ségrégation aucune. Ils n'ont jamais failli à leur devoir de révéler au monde, « les secrets qu'il est bon que les hommes connaissent » en avertissant seulement : « que ceux qui ont des oreilles entendent et que ceux qui ont des yeux voient... ».

Seules les époques historiques d'obscurantisme ont parfois contraint les chercheurs et les initiés à dissimuler leurs travaux sous le voile du secret véritable pour échapper à l'intolérance et aux persécutions. Ces époques sont désormais derrière nous, pour la plupart des pays, et rien ne justifie plus la confiscation de la connaissance par quelques-uns qui paradent en s'habillant ludiquement d'un secret de Polichinelle.

Les rituels et cérémonies eux-mêmes qui rythmaient la vie du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix, étaient ouverts aux visiteurs non-membres de l'association. Accueillis de façon naturelle et fraternelle, chacun pouvait ainsi découvrir un aspect souvent mal connu de notre culture moderne et de notre civilisation en ce début du 21ème siècle. Chacun pouvait ainsi, en partageant quelques moments de vie mystique et traditionnelle, se découvrir un goût ou une vocation pour la spiritualité.

Enfin, une autre caractéristique de la démarche mystique du S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix, consistait à considérer comme essentielle la notion de partage et d'altruisme. Il devrait là encore paraître comme évident pour tout dirigeant ou tout adhérent d'une organisation mystique d'être profondément attaché aux notions de partage et de service ! Malheureusement, aujourd'hui, il en est tout autrement. L'étude des lois spirituelles et mystiques est souvent considérée comme un but alors qu'elle n'est en fait qu'un moyen. Aujourd'hui, le mystique se considère presque exclusivement comme un éternel étudiant, passif, attentiste et spéculatif. Il s'enferme alors dans le cercle trompeur de l'autosatisfaction, de la suffisance, de l'intolérance et parfois d'un intégrisme inconscient et destructeur. Au fil de la connaissance acquise, il se considère peu à peu comme appartenant à quelque élite du monde et commence alors à protéger sa fragile et apparente supériorité par un insidieux oubli des autres. Dès lors, il vit dans l'attente de quelques bienfaits qu'il pense lui être dus et qui le hisseront au sommet de la réussite matérielle ou spirituelle et, pour assurer son confort moral, il étouffe les instincts altruistes de sa conscience en considérant toute la misère du monde et la douleur des hommes comme une conséquence naturelle de quelque « karma » indiscutable à travers lequel il s'affranchit lui-même de toute responsabilité.

Pendant 17 années le S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix a proposé à ses membres l'enseignement rosicrucien issu Harvey Lewis Spencer ainsi un ensemble d'outils mystiques pour le développement intérieur de chacun.

En juin 2007, les fondateurs sont allés plus loin dans leur démarche en proposant au monde entier l'enseignement en libre téléchargement.

haut

Copyright © 2017 S.E.T.I Cénacle de la Rose+Croix - Tous droits réservés